Sommaire
Article publié le 19/09/2018 à 09:37 | Lu 903 fois

Marseille : mieux dépister les cancers du sein débutant

Le dépistage permet de prendre en charge des cancers débutants. Plus un cancer du sein est détecté tôt, mieux il se soigne, avec des traitements moins lourds et moins de séquelles. Un cancer du sein pris en charge à un stade précoce, s’il est de petite taille, est guéri dans 9 cas sur 10 : le dépistage précoce constitue donc l'une des armes les plus efficaces contre cette maladie !


Marseille : mieux dépister les cancers du sein débutant
A l’Institut Paoli-Calmettes de Marseille, un nouveau pôle d’imagerie de la femme dédié au dépistage et au diagnostic du cancer du sein a ouvert ses portes le 18 juin dernier. D’une surface totale de 300 m2, doté de nouveaux équipements à la pointe de la technologie, il va permettre aux équipes de renforcer l’offre intégrée de dépistage – diagnostic rapide proposée aux femmes de la région PACA - Corse, et notamment de réduire les délais d’attente pour l’obtention d’un rendez-vous.
 
Par ailleurs, dorénavant, l’accès aux plateaux techniques de l’Institut (sénologie, imagerie, IRM, scanner, médecine nucléaire) s’effectue par une entrée spécifique, indépendante de l’hôpital, bénéficiant d’un cheminement propre à partir du boulevard Sainte-Marguerite et de l’arrêt de bus. 

Et parce que se faire dépister ou effectuer un examen diagnostique peut être source d’anxiété, ce nouveau pôle de sénologie a été pensé pour limiter le stress et accentuer la sensation de bien-être.
 
Les différents espaces, qu’il s’agisse des salles d’attente, des couloirs ou des salles d’examen, sont colorés et lumineux. Partout, l’éclairage LED se veut apaisant. Toujours dans un souci d’apaisement, un ciel lumineux a été installé au plafond de la salle de mammographie.
 
Au bien-être visuel s’ajoute le bien-être olfactif. Un travail spécifique a été mené en aromathérapie : des odeurs d’orange et de lavande, apaisantes pour le cerveau, sont diffusées dans les salles d’attente et dans les salles d’examen. Enfin, des haut-parleurs ont été installés dans les salles de consultation et diffusent un fond musical doux. La musique participe au bien-être, tout en accentuant la confidentialité de la consultation.
 
Qu’il s’agisse de l’espace dédié au dépistage ou de l’espace dédié aux biopsies mammaires, les patientes bénéficient d’équipements à la pointe de la technologie. Au total, le nombre de machines a été multiplié par deux, ce qui va permettre d’accélérer les prises en charge. Un second mammographe équipé de tomosynthèse a été installé, ainsi qu’une table supplémentaire pour réaliser les biopsies, notamment sous tomosynthèse.
 
Dernière innovation technologique en matière de mammographie, la tomosynthèse numérique mammaire offre une image du sein en 3D, plus claire et plus nette par rapport à la mammographie conventionnelle bidimensionnelle avec, à la clé, une meilleure détection des anomalies.
 
L’angiomammographie, alternative à l’IRM, est également disponible. Cette nouvelle pratique d’imagerie diagnostique bénéficie d’une salle dédiée spécifique. En pratique, l’angiomammographie combine la mammographie et l’injection en intraveineuse d’un produit de contraste iodé : grâce à un système d’algorithme, la machine traite l’image.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Novembre 2018 - 01:00 Le point sur le dossier médical partagé (DMP)

Vendredi 16 Novembre 2018 - 01:00 Le diabète en France