Sommaire
Article publié le 28/08/2019 à 11:51 | Lu 2001 fois

Malbouffe : quand un député met les pieds dans le plat ! (livre)

Dans ce livre édité aux éditions Thierry Soucar, le député Loïc Prud’homme qui a présidé la commission d’enquête parlementaire sur l’alimentation industrielle, dénonce les méthodes et les dérives de l’industrie agro-alimentaire, responsable d’une épidémie d’obésité et de diabète et l’inaction coupable des pouvoirs publics ! En librairies le 12 septembre prochain.


Malbouffe, Loïc Prud’homme
« L’alimentation industrielle est peut-être « sûre », mais elle n’est pas pour autant saine. Voici pourquoi, et ce qui doit changer » remarque Loïc Prud’homme dans son livre.
 
Véritable pavé dans la mare de Big Food, cet essai dénonce tant les manoeuvres de l'industrie agro-alimentaire et celle des lobbies (très puissants à Bruxelles par exemple) que l'inaction des pouvoirs publics et les accuse d'être responsables d'une situation sanitaire hors de contrôle : à savoir qu’un Français sur deux est en surpoids ou obèses et que près de 4 millions sont diabétiques !
 
Aliments ultra-transformés, bourrés de sel, sucre, mauvaises graisses, additifs, résidus de pesticides : voilà ce qu’industriels et distributeurs poussent impunément dans nos assiettes. Or, cette malbouffe est la première responsable des maladies chroniques, en particulier au sein des classes sociales moins aisées. Les études montrent que ces aliments industriels sont la première cause de mortalité précoce dans les grandes villes. 
 
Comment en est-on arrivé là ? Loïc Prud’homme explique comment le lien entre le champ et l’assiette s’est rompu, au détriment des paysans et des consommateurs et au profit de l’agro-industrie et de la grande distribution : production massifiée et standardisée, règne de l’hypermarché, inégalités sociales, baisse des dépenses alimentaires, publicités fallacieuses… voilà autant de facteurs qui ont conduit à la situation actuelle. 
 
Pourquoi les pouvoirs publics tolèrent-ils une situation qui nuit gravement à la santé (et à l’environnement) ? Parce que, écrit Loïc Prud’homme, les industriels ont convaincu les pouvoirs publics qu’ils étaient capables d’autorégulation, ce qui est faux, comme le montre l’exemple de l’engagement à diminuer le sel.
 
En réalité, les industriels fixent seuls les règles du jeu, produisent seuls les données scientifiques sur les pesticides et les additifs et exercent des pressions sur les agences sanitaires et les élus. À ce sujet, le livre expose pour la première fois les méthodes des lobbies de l’agro-business pour endormir les parlementaires ou au contraire les déconsidérer.
 
Profondément convaincu que bien manger est devenu une urgence sanitaire, Loïc Prud’homme présente ici ses propositions pour renouer avec une alimentation saine « qui a une valeur nutritive, sociale et économique » : lutte contre la désinformation, limitation de la publicité à destination des enfants, choix du circuit court, engagement réel des collectivités, interdiction de la chimie comestible, retour à une agriculture paysanne, autonomie alimentaire, etc.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Novembre 2019 - 01:00 Le Nutri-Score : un étiquetage pour mieux manger