Sommaire
Article publié le 24/10/2018 à 01:00 | Lu 1109 fois

Mako : un bras robotisé pour une pose parfaite des prothèses de genou

Les trois cliniques girondines du Groupe Saint-Gatien utilisent depuis la rentrée 2018, un bras robotisé baptisé Mako lors de poses de prothèse partielle ou totale du genou. Une nouvelle technologie qui s’adresse avant tout aux patients seniors de 50-65 ans, encore actifs mais souffrant d’arthrose. Détails.


De plus en plus de « robots » interviennent désormais au quotidien dans les opérations chirurgicales. C’est le cas de Mako, un bras robotisé de 1.7 million d’euros utilisé depuis 2006 aux USA, mais également en Allemagne et en Italie, qui arrive dans l’Hexagone cette année, plus précisément dans trois cliniques du Groupe Saint-Gatien de Bordeaux.
 
Ce bras robotisé d’une grande précision vient en aide aux chirurgiens lors de la pose de prothèses totales de genou mais répond aussi à une nouvelle patientèle jusqu’alors difficilement prise en charge : celle des seniors actifs âgés de 50-65 ans souffrant d’arthrose avec indication de prothèse partielle de genou, contraints de « patienter » et de recourir à des traitements de confort (infiltration, kinésithérapie, etc.).
 
Cette technologie de pointe permet à la fois aux chirurgiens d’affiner la position de la prothèse en cours d’opération grâce aux mesures réalisées en temps réel par le robot et de délimiter de façon encore plus rigoureuse la zone de découpe générant ainsi moins de douleurs post-opératoires (les tissus mous bordant la zone sont moins agressés).
 
Résultats : un retour à la marche 4 heures environ après l’opération réalisée en ambulatoire, qui s’inscrit dans le principe de Récupération rapide après chirurgie (RRAC). Selon le communiqué du groupe, une quinzaine de patients auront été opérés d’ici la fin du mois. Dernier point : précisons que l’espérance de vie d’une prothèse de genou est de vingt ans.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Novembre 2018 - 01:00 Le point sur le dossier médical partagé (DMP)

Vendredi 16 Novembre 2018 - 01:00 Le diabète en France