Sommaire
Article publié le 20/04/2018 à 01:00 | Lu 1070 fois

Madiran et Pacherenc du Vic-Bilh : l'esprit du sud-ouest à votre table

Coincé entre les Hautes Pyrénées et les Pyrénées Atlantiques, le département du Gers offre aux amateurs de vins méconnus, de découvrir deux appellations bien françaises : le Madiran et son pendant en blanc, le Pacherenc du Vic-Bilh. Des appellations qui sont produites également dans les deux départements voisins.


Chaleureux, généreux et pas prétentieux pour un sou, ces vins sont à l’image de cette province où l’accent rocailleux de ses habitants invite à s’asseoir devant un joli plat régional. Avec une AOC datant de 1948, le Madiran et le Pacherenc célèbrent cette année, leurs soixante-dix ans.
 
Une excellente raison pour faire preuve d’originalité et sortir des crus bourgeois bordelais. Avec un minimum de 60 à 80% de Tannat, le Madiran se singularise avec un cépage bien particulier qui apporte cet aspect boisé et puissant typique du Madiran.
 
Quant aux Pacherenc du Vic-Bilh, ils résultent d’un subtil assemblage de Gros et Petit Manseng, de Petit Courbu et d’Arrufiac. Autant de cépages locaux qui font la spécificité de ces vins régionaux.
 
Parmi les rouges, nous avons retenu le Grévière du vignoble Marie Maria et la Cuvée Chiffre du Domaine du Moulie. Le premier -où l’on retrouve du Tannat et du Cabernet Sauvignon- est puissant, fort en tannin et légèrement boisé tandis que le second -tout aussi puissant et boisé- est cultivé en bio et est composé à 100% de cépage Tannat.

Elevés tous les deux en fûts de chêne pendant quelques mois, ils conviendront parfaitement à des viandes maturées ou des fromages puissants.
 
Quant aux blancs proposés en vins secs ou doux, les Pacherenc du Vic Bilh, ils offrent une autre facette des vins de cette région. Sec, comme le Novel du vignoble Marie Maria qui vient de recevoir une médaille d’or au concours agricole de Paris, ou doux et liquoreux comme le Lutz de la même propriétaire, ils méritent largement que l’on aille à leur découverte.
 
Vendu chez les cavistes à moins de 10 euros, le Lutz s’accorde parfaitement avec un foie gras du Gers ou avec des fromages persillés comme le bleu des Causses. Une jolie découverte que ces Pacherenc du Vic Bilh. Un vignoble qui exporte 20% de sa production, alors que les cavistes français ne représentent que 6% de sa distribution.
 
Joël Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Août 2018 - 02:00 Septembre et les Foires aux vins