Sommaire
Article publié le 07/06/2019 à 01:00 | Lu 432 fois

Les vins Jean-Claude Boisset : Nuit Saint Georges retrouve ses Ursulines

La Maison Jean-Claude Boisset qui pendant des années a été l’un des plus gros négociants de Bourgogne s’est résolument tournée vers le haut de gamme dans les années 2000 en créant le label Jean-Claude Boisset. Un vinificateur de talent a été embauché et la production drastiquement réduite. C’est le résultat de cette nouvelle politique que l’on découvre au travers de la nouvelle cuverie des Ursulines.


Inauguré avec les vendanges 2018, le nouvel outil de travail de la Maison Jean-Claude Boisset a été construit sur l’emplacement de l’ancien couvent des Ursulines détruit lors de la révolution. Cette reconstruction est le résultat d’une reconversion totale de la maison qui se consacre depuis de nombreuses années, aux vins haut de gamme.
 
Parfaitement intégré à la frontière des vignes et du village de Nuit-Saint-Georges, l’ensemble architectural offre la tranquillité d’un cloître et de son jardin. Un espace secret que l’on découvre après être passé par un vaste vestibule qui est à la fois la réception, l’espace de vente et l’accès à la cuverie et aux caves. 
 
D’un déambulatoire parfaitement recréé à une cuverie contemporaine, la Maison Boisset a su faire le passage entre le 18ème siècle et le 21ème siècle. Un jardin de curé -ou plutôt de bonnes sœurs- dont la quiétude fut brutalement interrompue par la violence de la révolution, voilà ce que l’on retrouve aux Ursulines.

Afin de préserver cette ambiance historique et l’esprit du lieu, la cuverie a été construite sous un toit dôme totalement végétalisé dont les plantations reproduisent le damier typique des toits de tuiles vernissées de la Bourgogne.
 
Parfaitement intégré dans le paysage du vignoble, cet amphithéâtre dédié au vin a été conçu en fonction des contraintes de la géobiologie. Capter les énergies du terrain et installer les cuves de vinifications en fonction des points d’énergie ont été les impératifs de Georges Prat, l’architecte, qui a en outre conçu un bâtiment passif en consommation d’énergie.
 
Isolé par une épaisseur de terre de un mètre sur son dôme, la climatisation de la cuverie est parfaite. Un outil idéal pour concevoir des vins de référence. Après un tournant entrepris par les enfants de Jean-Claude Boisset, la vinification et l’élaboration des vins ont été confiées dès 2002 à Gregory Patriat. Un excellent vinificateur formé par Lalou Bize-Leroy qui a été chargé de placer les vins de la maison Boisset dans le haut de gamme.

Une vingtaine d’années plus tard, la vendange 2018 a été produite dans ce nouvel ensemble qui conjugue architecture et sélection rigoureuse des raisins. Quatre caves permettent aux vins de grandir dans les meilleures conditions.
 
Trois caves datant du 19ème siècle sont consacrées aux rouges et renferment 900 pièces. Seulement 30% de fûts neufs sont utilisés afin de préserver la finesse du pinot noir. Les blancs quant à eux, bénéficient d’une cave indépendante qui a été entièrement reconstruite en pierre de Bourgogne.
 
Elle abrite 250 fûts de 450 litres (demi muids). Un choix qui permet selon Laure Guilloteau, l’œnologue de la maison, « de réduire l’influence du bois sur la vinification ».

Cet outil de travail, à la fois moderne et traditionnel, ouvre la porte à une véritable collection de vins qui regroupe les plus grands noms de la Bourgogne comme Gevrey-Chambertin ou Pommard, ainsi que des appellations plus discrètes comme le Monthélie, sans oublier des vins génériques signés Les Ursulines.
 
Outre cette activité classique de producteur et de viniculteur, la maison Boisset utilise le site des Ursulines pour faire découvrir les caves Jean-Claude Boisset. Une visite qui débute par l’élaboration des vins dans la nouvelle cuverie, la découverte des caves d’élevage ainsi que par une dégustation qui se déroule au sein de la nouvelle cave où s’affinent les vins blancs.
 
Des dégustations privées peuvent également être organisées dans une des caves historiques ainsi qu’au sommet du dôme de la cuverie. Un endroit d’où l’on peut voir le Montblanc par temps clair. Les visites guidées suivies de dégustation se font sur réservation uniquement, en français ou en anglais, pour une durée de 1h15. Les groupes sont de 12 personnes maximum et le tarif est de 32 euros par personne.
 
Réservation : réservation@jeanclaudeboisset.fr,
www.jeanclaudeboisset.fr ou 03 80 62 64 08.

Joël Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Juin 2019 - 01:00 La Provence et ses rosés de l'été