Les plaisirs de l'été par les plantes : vive la fête des pères

Qu’il s’agisse de gin, de pastis ou de certaines liqueurs, ce sont les plantes qui en sont la base structurelle. Macération, décoction, infusion et distillation, voilà les étapes communes aux trois spiritueux de notre rubrique du jour. Annonciateur de l’été, le pastis et le gin sont les ingrédients parfaits pour laisser filer le temps sous le parasol d’une terrasse tandis qu’une liqueur de plantes sera parfaite pour une fin de soirée sous les étoiles. Quant au rhum Don Papa, il sera le compagnon idéal des cocktails d’été que l’on déguste avec paresse au bord d’une piscine


Pastis Bardouin. Symbole de l’été, le pastis c’est le chant des cigales, l’odeur chaude de la garrigue et la fraîcheur de l’anis.

Une combinaison que nous offre le pastis Henri Bardouin. Installée à Forcalquier, la distillerie produit depuis plus d’un siècle un pastis d’une grande élégance.

Issu d’un assemblage de 65 plantes et épices, il est l’image de son terroir. Là où poussent l’anis, la réglisse, la badiane, l’angélique, l’armoise ou le thym. En le dégustant on découvre les touches de cannelle, de cardamone, de clou de girofle, de muscade et de poivres qui viennent enrichir l’expérience sensorielle qu’offre ce pastis.

Afin de maîtriser sa qualité, la distillerie Bardouin possède ses propres cueilleurs qui parcourent la garrigue pour ramasser les végétaux disponibles en Hautes Provence. Un assemblage subtil effectué par Sébastien qui connaît parfaitement les plantes provençales.

C’est son travail et celui de la liquoriste qui viennent d’être récompensés par une médaille d’argent lors du concours général agricole de Paris 2024.

On aime cette robe anisée d’un vert léger qui se devine derrière le givrage de l’eau fraîche dans le verre. 26,50 € la bouteille chez les cavistes et en GMS.

Un gin frais mais néanmoins très suave où l’influence de la rose reste prépondérante. Que cela soit au nez ou en bouche. Voilà le gin italien Malfy Originale.

Très estival dans sa présentation avec un graphisme où un bleu magique vous emmène immédiatement dans un bar de Portofino ou à Amalfi. Produit par une petite distillerie familiale, la Torini  Distillati trouve ses origines en 1906.

Intégrée au groupe Seagram durant les années 60, c’est Carlo Vergnano alors directeur technique chez Seagram, qui reprend cette petite entité en 1992 qu’il dirige avec sa fille Rita jusqu’en juin 2019, date de la vente de l’entreprise au groupe Pernod Ricard. 

Amaretto, grappa, limoncello, brandy, le catalogue est très italien et l’on peut leur faire confiance pour l’assemblage de plantes et d’épices. Ce qui est idéal lorsque l’on veut se lancer dans la conception d’un gin premium.

Genièvre, agrumes, coriandre, angélique : voilà les ingrédients connus de la recette, anis et réglisse se font également sentir en bouche. Italien dans sa conception, ce gin n’est pas sans rappeler l’esprit du London dry.

Le Malfy Originale est un gin idéal pour la conception de cocktail. Il ne s’impose pas et met en avant les différentes composantes d’un cocktail. Ce gin est disponible au prix de 35€ chez les cavistes.

Ne quittons pas le domaine des gins européens sans signaler un gin corse : le Melifera. Dans cette île où le maquis recèle une grande variété de plantes et notamment l’immortelle, les distillateurs trouvent matière à produire des spiritueux différents comme ce gin Melifera Edizione Corsa.

Fruité et aromatique, il conviendra parfaitement à la confection de cocktail comme le Negroni ou tout simplement en gin tonic.

Avec la maison Pagès et sa Verveine du Velay, nous restons dans le domaine des spiritueux à base de plantes et d’épices.

Dans la tradition française des grandes liqueurs, la Verveine du Velay ne peut pas être ignorée. Créée en 1859 par la distillerie Pagès, cette liqueur est un assemblage complexe de plantes et d’épices.

Une recette qui suit trois grandes étapes au cours de son élaboration : macération, distillation et vieillissement. La macération effectuée dans de l’alcool neutre dure neuf mois tandis que le vieillissement est de douze mois en fûts de chêne.

Bien que la recette finale soit tenue secrète, il est possible de connaître quelques autres ingrédients comme la fleur de muscade, les baies de genièvre, le génépi, l’anis étoilé, la cardamone, la gentiane et le thym. Quant à la verveine, elle est cultivée dans les propres champs de la distillerie. 

Aujourd’hui, deux Verveine du Velay sont proposées : la verte et la jaune. La première titre 55° tandis que la seconde est à 40°.

Une liqueur qui peut se déguster de différentes façons. Très classiquement dans un verre à liqueur à température ambiante mais aussi d’une manière plus contemporaine glacée après avoir placé le verre dans un congélateur.

Les arômes sont alors mis en exergue et déroulent toute leur complexité. La puissance de l’alcool y est atténuée. Il est également possible d’intégrer la Verveine du Velay dans des créations de cocktails et longdrinks. 30,90€, cavistes et GMS.

Nous terminerons avec un spiritueux de circonstance : le rhum Don Papa qui est le cadeau idéal pour la fête des pères. En l’occurrence, il s’agit d’un Don Papa Baroko.

Un rhum philippin élaboré dans l’île de Negros. C’est bien sûr un rhum de mélasse qui est produite sur place. Il est vieilli plusieurs années en fûts de chêne américain avant de faire l’objet d’un assemblage.

Au nez, c’est l’orange et la vanille qui se dégagent en premier dans une grande suavité à l’instar d’un dessert oriental. En bouche, on reste dans cette sensation velouté et sucrée qui laisse venir dans la longueur des notes d’épices et de poivre avant de céder la place à la banane écrasée à la cassonade.

Pour cette Fête des Pères 2024, Don Papa propose en édition limitée un élégant coffret Harvest qui contient un flacon de Don Papa Baroko. Un rhum qui est élaboré dans la distillerie Bago édifiée il y a 120 ans.

Riche et luxuriant le décor de ce coffret est une invitation à la découverte d’un nouveau cocktail : le Papa Pepper Daiquiri dont la base est bien sûr le Baroko. 39,90€ chez les cavistes.

Un joli cadeau pour papa que l’on peut accompagner d’un cigare. Une manière de voyager autour du monde.


Joël Chassaing-Cuvillier

Publié le 06/06/2024 à 04:00 | Lu 583 fois