Sommaire
Article publié le 29/11/2018 à 01:00 | Lu 1264 fois

Les incroyables pouvoirs des dents vivantes pour le rester !

Aujourd'hui le chirurgien-dentiste n'utilise plus uniquement la dévitalisation dentaire pour soulager les patients. Nouveaux biomatériaux, cellules souches, biomimétisme... Quels sont les pouvoirs des dents pour rester vivantes ? Entretien avec le Pr Stéphane Simon, chirurgien-dentiste à la Pitié-Salpêtrière, spécialiste de l’odontologie conservatrice et endodontie.


Les incroyables pouvoirs des dents vivantes pour le rester !
Quoi de plus performant que de pouvoir conserver ce que nous a donné la nature… Comment préserver la vitalité de nos dents dans les situations extrêmes ?
 
Les connaissances actuelles concernant la biologie dentaire et la science des biomatériaux nous permettent de profiter des ressources des dents vivantes et de repousser les indications des traitements endodontiques. L’intérêt de repousser les indications de la dévitalisation est de plus en plus considéré. Le fait de conserver la vitalité de la pulpe dentaire permet en effet de maintenir le potentiel de cicatrisation de la dent et évite le dessèchement et donc le risque éventuel de fracture de la dent.
 
À quoi sert la pulpe dentaire ?
La pulpe dentaire représente la zone la plus interne de la dent. Elle est divisée en deux parties : la pulpe coronaire et la pulpe radiculaire. La pulpe coronaire se trouve dans la couronne de la dent et la pulpe radiculaire dans ses racines. La pulpe dentaire est constituée de nerfs, vaisseaux sanguins et lymphatiques. Elle peut être endommagée par un traumatisme, une carie, les grincements de dents (bruxisme). Les lésions de la pulpe dentaire peuvent entraîner la dévitalisation de la dent.
 
Que signifie « dévitaliser » une dent ?
Dévitaliser une dent, littéralement, c’est retirer la partie vivante de l’organe, à savoir la pulpe. La dent est essentiellement constituée de tissus durs minéralisés (la dentine et l’émail). La pulpe en son sein est dite vivante, car constituée de cellules et alimentée par une vascularisation.
 
Lorsque cette pulpe s’enflamme (pulpite ou rage de dent) ou s’infecte (précurseur d’un abcès), le traitement consiste à vider le canal au sein de la dent et le remplir avec un matériau inerte, non biologique
.
La dent est néanmoins maintenue sur l’arcade, et reste fonctionnelle malgré tout. Elle est en général plus fragile parce que le traitement conduit à une perte de substance.
 
Pourquoi faut-il éviter, lorsque c’est possible, de dévitaliser une dent ?
L’intérêt de repousser les indications de la dévitalisation est de plus en plus considéré.

En effet, il y a plusieurs avantages à maintenir une dent vivante, notamment en raison des 4 fonctions principales de la pulpe :
- La fabrication des tissus durs de la dent assure le maintien ou la restauration d’une barrière physique.
- La vascularisation, en plus d’être un signe de vitalité, est le gage du renouvellement possible du tissu et de défense
- L’innervation permet en premier lieu de signaler un danger et reste une alliée pour préserver la santé.
- L’immunocompétence fait de la pulpe un frein contre l’agression bactérienne et un point d’appui pour les traitements eux-mêmes.
 
Maintenir la vitalité de la pulpe est le meilleur moyen pour prévenir les lésions inflammatoires et les risques de dissémination de bactéries dans l’organisme par la porte d’entrée dentaire.
 
Quelles sont les nouvelles techniques pour conserver la « vitalité des dents » ?
La conservation de la vitalité pulpaire n’est pas une « technique » récente. Mais le développement récent de nouveaux matériaux beaucoup plus compatible et bio actifs a permis d’optimiser les succès à court moyen et long terme.
 
L’application directe de ces matériaux au contact de la pulpe qui souffre d’inflammation à cause d’une carie profonde, permet de restaurer la santé du tissu et d’induire la formation d’une barrière minérale qui a pour objectif de protéger le tissu pulpaire d’un risque de contamination secondaire par des bactéries.
 
Le regain d’intérêt de ces techniques s’inscrit parfaitement dans l’ère de la dentisterie « moderne » qui consiste à préserver un maximum de tissu dentaire naturel, et à éviter d’éliminer des tissus durs ou mous inutilement, ou juste pour des raisons techniques de soins. Lorsque la pulpe est totalement détruite par l’inflammation et l’infection, le canal est vidé de tout contenu vivant.
 
En s’appuyant sur les concepts d’ingénierie tissulaire de la médecine, le processus de revitalisation de la dent permet de régénérer un tissu vivant au sein du canal qui jusque-là était vide et infecté. Un caillot sanguin est créé au sein du canal qui permet le recrutement de cellules souches qui en se différenciant aboutissent à la formation d’un tissu biologique. Ainsi, la dent est obturée avec un tissu biologique, vivant et non plus un matériau inerte.
 
Encore limité à ce jour à certaines indications, les progrès scientifiques permanents sur la compréhension des processus biologiques pourraient permettre d’étendre les indications à un plus grand nombre de cas.





Dans la même rubrique :
< >