Sommaire
Article publié le 09/12/2020 à 01:00 | Lu 2063 fois

Les demandes de viager explosent depuis la pandémie mais gare aux abus de faiblesse




Selon les professionnels, la crise sanitaire actuelle aurai boosté les ventes en viager. Les personnes âgées redoutent en effet de se retrouver en Ehpad, ce qui pourrait avoir pour effet de les exposer à un plus grand risque de contamination et les isoler de leurs proches en cas de nouveau confinement.


Tout le monde a en tête les milliers de morts enregistrés durant la première vague de Covid-19, la propagation rapide du virus, l'interdiction de recevoir des visites pendant de longues semaines...
 
Le viager apparaît alors aux personnes âgées comme une opportunité pour améliorer leur retraite, conserver leur autonomie et rester dans leur « home sweet home », quitte à envisager des travaux pour l'adapter à leur état de santé.
 
Dans ce contexte, de plus en plus de professionnels de l'immobilier s'intéressent au viager, ce qui est plutôt positif. Le problème vient du fait que nombre d'entre eux s'improvisent experts et adoptent des pratiques parfois douteuses.
 
Bruno Jarry, directeur de l'Académie Nationale du Viager, s'inquiète de cette recrudescence et des motivations sous-jacentes. Au vu du nombre de contrats truffés d'erreurs qui circulent actuellement, cet organisme réclame un encadrement de la profession dans ses pratiques et techniques, afin de faire évoluer le marché vers une éthique commune du viager.
 
« Nous sommes régulièrement sollicités par des particuliers, des vendeurs en viager pour que nous vérifions le contenu juridique de leur mandat et la pertinence des calculs. Or force est de constater qu'une très grande partie révèle des incohérences... souvent par manque de connaissances juridiques de la part des soi-disant professionnels » souligne Bruno Jarry.
 
Réaliser des transactions en viager est un métier complexe qui nécessite une connaissance poussée de la législation, du marché et des techniques spécifiques de calculs.
 
Les conditions financières et juridiques ne sont absolument pas identiques selon que la vente ou l’achat s’effectue en viager occupé, nue-propriété, vente à terme libre ou occupé, viager libre, vente avec réserve du DUH.
 
Pour éviter l'effet d'aubaine et protéger les seniors, cet organisme encourage donc vivement : la mise en place d'une déontologie du métier ; un encadrement réglementaire ; et une éthique commune à tous les acteurs du marché.
 
Et Bruno Jarry de préciser : « le fait que les personnes soient âgées implique une attention particulière par rapport aux risques d'abus de faiblesse, ce public étant considéré comme fragile et vulnérable. Une protection et une écoute spécifiques de la part des professionnels sont indispensables. »
 
En matière de viager, l'écriture du contrat et la fixation du prix doivent être effectuées avec la plus grande vigilance, dans le respect des règles du droit. Or en pratique, la législation réglementant le viager a peu été modifiée depuis son inscription au Code Civil, c'est la jurisprudence qui fait évoluer les contrats.