Sommaire
Article publié le 07/12/2017 à 01:00 | Lu 856 fois

Les Français et la retraite : le point avec la Dress

​D’après l’enquête « Motivations de départ à la retraite 2017 » réalisée par la Dress entre février et avril 2017 auprès de 5.000 retraités, la moitié des sondés a indiqué que le système de retraite français n’offrait pas assez de liberté pour choisir la date de son départ à la retraite. Détails.


Les Français et la retraite : le point avec la Dress
Il ne se passe pas un mois sans qu’un nouveau sondage ou une nouvelle enquête ne viennent interroger les Français sur la thématique de la retraite. Voici donc le dernier en date qui vient de paraitre et qui a été réalisé par la Direction des recherches, des études, de l’évaluation et des statistiques, la Dress, affiliée au ministère de la Santé.
 
Selon cette nouvelle étude intitulée « Motivations de départ à la retraite 2017 », selon les sondés et sans trop de surprise d’ailleurs, le nombre d’années de cotisation requis est la règle qui les contraint le plus dans le choix de leur date de départ à la retraite. Ce, malgré la réforme de 2003 qui visait spécifiquement à offrir plus de souplesse et de liberté de choix : de fait, seuls 15% des nouveaux retraités estiment que cette dernière a augmenté sous l’effet des réformes récentes.
 
Au contraire, pratiquement un tiers (31%) estime que cette liberté a diminué et plus de la moitié (54%) indique que les dernières réformes n’ont rien changé de ce point de vue. Comme le souligne le communiqué de la Dress, « cette perception de la liberté offerte par le système pourrait venir d’une méconnaissance des règles de retraite ».
 
Même si la plupart des nouveaux retraités se disent satisfaits de leur niveau d’information concernant leurs droits en matière de retraite (4 sur 5), certains dispositifs sont encore largement méconnus comme la décote ou la surcote.
 
Toujours selon cette étude, huit retraités -entre le 1er juillet 2015 et le 30 juin 2015- sur dix ont bénéficié du taux plein, sans avoir cherché à anticiper leur départ (au prix d’une décote) ou à le retarder (pour bénéficier d’une surcote). Pour plus des trois-quarts (77%) des nouveaux retraités, le souhait de profiter de la retraite le plus longtemps possible a joué beaucoup, assez ou un peu dans leur décision de partir à la retraite.
 
Plus généralement et là encore sans trop de surprise, nos compatriotes restent attachés au maintien d’un système de retraite public par répartition et qui bénéficie à tous. En cas de réforme pour préserver le système de retraite actuel, les Français préfèreraient un allongement de la durée de cotisation (33%), un recul de l’âge de la retraite (33%) ou une hausse des cotisations (29%) à une baisse des pensions (5%).
 
Autre point important à souligner : une large majorité (84%) estime qu’il devrait y avoir un socle commun de retraite. Ce souhait qui tend vers une harmonisation des règles de retraite n’implique pas pour autant une adhésion complète à un régime unique : 45% des Français souhaitent un socle commun qui conserve des spécificités selon le statut professionnel, soit davantage que les 39% qui veulent un seul régime avec des caractéristiques identiques pour tous.
 
Les salariés du secteur public, les professions intermédiaires, les cadres et professions libérales se prononcent davantage en faveur du maintien des spécificités selon le statut professionnel (respectivement 57%, 60%, 56%) que les ouvriers et les retraités (36% et 39%). Ces deux dernières catégories se prononçant pour presque moitié en faveur d’un régime unique sans aucune distinction.
 
Les résultats complets et détaillés sur les retraites du Baromètre d’opinion et ceux de l’enquête « Motivations de départ à la retraite » sont publiés par la DREES dans sa collection Études et Résultats. Enquête réalisée entre février et avril 2017 auprès de 5.000 personnes.