Sommaire
Article publié le 26/08/2019 à 14:28 | Lu 825 fois

Le meilleur ami de l'homme est également un très bon ami de son coeur !

Ce n’est pas un scoop en soi. En effet, cela fait déjà quelques années que des études scientifiques montrent qu’avoir un chien permet de conserver la santé, et notamment, notre santé cardio-vasculaire. Ce que confirme les des données issues de l’étude Kardiozive Brno 2030 qui examine le lien entre le fait de posséder un chien et les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire.


Le meilleur ami de l'homme est également un très bon ami de son coeur !
Dans l’évaluation de 2019, cette étude* a examiné 1.769 sujets ne présentant aucun antécédent de maladie cardiaque et les a notés sur la base des comportements et facteurs de santé idéaux tels que décrits par l'American Heart Association : indice de masse corporelle, régime alimentaire, activité physique, tabagisme, pression artérielle, glycémie et cholestérol total.
 
Ensuite, l’étude a comparé les notes obtenues en matière de santé cardiovasculaire par l’ensemble des propriétaires d'animaux de compagnie avec celles des personnes n’en possédant pas. Puis, elle a comparé les propriétaires de chiens à d'autres propriétaires d'animaux de compagnie et aux personnes n’en possédant pas.
 
« En général, les personnes qui possédaient un animal de compagnie étaient plus susceptibles de démontrer une activité physique supérieure, une meilleure alimentation et un niveau idéal de glycémie », explique Andrea Maugeri, chercheuse au Centre international de recherche clinique de l'Hôpital universitaire Sainte-Anne à Brno et à l'Université de Catane à Catane, Italie.
 
Et de préciser : « les personnes qui possédaient un chien, présentaient les avantages les plus forts par rapport à ceux qui avaient un animal de compagnie, quel que soit leur âge, leur sexe et le niveau d'éducation. »
 
L'étude a également démontré un lien entre le fait de posséder un chien et la santé cardiaque, ce qui s’avère conforme à la déclaration scientifique de l'American Heart Association relative aux avantages de posséder un chien en termes d'activité physique, d’engagement et de réduction du risque de maladie cardiovasculaires.
 
Toujours selon le Dr. Maugeri, les résultats de l'étude renforcent l’idée selon laquelle des personnes pourraient adopter, sauver ou acheter un animal de compagnie, dans un souci d'amélioration de leur santé cardiovasculaire, à condition que le fait de posséder un animal de compagnie les amène à un mode de vie plus actif sur le plan physique.
 
De son côté, Francisco Lopez-Jimenez, docteur en médecine, président de la Division de cardiologie préventive au sein de Mayo Clinic à Rochester affirme quant à lui que le fait d'avoir un chien peut inciter les propriétaires à sortir, à se déplacer et à jouer avec leur chien régulièrement.
 
Le fait de posséder un chien est également lié à une amélioration de la santé mentale dans d'autres études et à une diminution de la perception d’isolement social, deux facteurs de risque de crise cardiaque.

 
L’étude a été réalisée en collaboration avec Mayo Clinic, le Centre international de recherche clinique de l'Hôpital universitaire Sainte-Anne, et l’Université de Catane. Cette recherche a été soutenue par le Programme national de Développement durable et le Fonds européen de développement régional. 
 
*L'étude a établi pour la première fois une base de référence contenant des données sanitaires et socioéconomiques sur plus de 2 000 sujets dans la ville de Brno, en République tchèque, de janvier 2013 à décembre 2014. Des évaluations de suivi sont prévues tous les cinq ans jusqu’en 2030.
 
Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Mayo Clinic Proceedings.