Sommaire
Article publié le 10/02/2021 à 09:50 | Lu 3320 fois

Le guide du "Bien vieillir chez soi" de la Fédération des Ascenseurs




Dans cette nouvelle édition de son guide gratuit « Bien vieillir chez soi » (à télécharger en fin d’article), la Fédération présente les diverses solutions de « mobilité verticale » présentes sur le marché, ainsi que les aides financières existantes et les organismes pouvant être contactés, afin de rendre le sujet plus lisible et serein.


Selon le Baromètre Qualitel-Ipsos 2020, près de la moitié (49%) des personnes de plus de 60 ans considèrent que leur logement n’est pas ou plus adapté pour une personne âgée… Pour autant, plus des deux-tiers (67%) souhaitent -et c’est bien normal et légitime- vivre le reste de leur vie dans leur logement.
 
D’une manière générale (pour les trois-quarts des Français), la raison principale de l’inadaptation des logements aux personnes âgées est la présence d’escaliers ou de marches… Endroit stratégique de la maison qui, comme la salle de bains, peut s’avérer particulièrement dangereux pour les seniors.
 
Il ne peut donc pas y avoir d'adaptation du logement sans prise en compte de son accessibilité que ce soit en maison individuelle ou en logement collectif. Pour mémoire, la moitié des Français vivant en logement collectif n'a pas accès à l'ascenseur du fait d’un sous-équipement chronique en France (8 ascenseurs pour 1.000 habitants en France contre 21 pour 1.000 en Espagne).
 
Cette nouvelle version du guide se veut « 0% commerciale et 100% didactique ». Elle simplifie les informations sur les aides financières -souvent obscures- et propose une meilleure lisibilité des interlocuteurs et organismes en fonction des situations.
 
La dépendance et l’autonomie doivent être LE grand chantier social de ces prochaines années.
Dans un principe et une politique de prévention, il est important de ne pas lier l’adaptation du logement à l’apparition du handicap pour rendre le logement accessible…