Sommaire
Article publié le 26/02/2020 à 02:00 | Lu 657 fois

Le Nissan Juke célèbre ses dix ans en majesté




Comme il est de règle lors des renouvellements de modèles, on assiste toujours à une augmentation des dimensions. Le nouveau Nissan Juke n’échappe pas à cette tradition et affiche 7,5 cm de plus en longueur, 3,5cm en largeur et 3 cm en hauteur tandis que l’empattement s’accroît de 10cm. Un plus pour les passagers arrière.


Compact et décalé à sa naissance, le Juke le reste dans sa nouvelle mouture. Avec un design particulièrement clivant, ce SUV compact a tout de suite été un succès.  Il a, depuis 2009, été vendu à 140.000 exemplaires en France. Un pari réussi qu’il convient de poursuivre face à une concurrence désormais pléthorique.
 
Quel est le constructeur généraliste qui n’a pas un SUV urbain dans son catalogue ! Disons le franchement, il n’y a pas de rupture stylistique entre les deux modèles et le côté disruptif est conservé. Une face avant de manga, une ceinture de caisse remontante, une surface vitrée réduite à l’arrière et le tic de design de poignées de portes arrière intégrées dans l’encadrement, on retrouve les mêmes bases.
 
Les fans ne seront pas désarçonnés, d’autant que certains comme Toyota sont allés encore plus loin en matière de dessin. Le Juke est presque sage. On retiendra le modernisme des flancs creusés et d’un toit à double bosselage qui s’accorde parfaitement avec les versions bi tons.

Dans l’habitacle, on retrouve ce désir d’embourgeoisement. Des matériaux de qualité associés à une belle finition, les accostages sont parfaits, et témoignent du désir de Nissan de séduire le client. La planche de bord complètement retravaillée offre une belle lisibilité des compteurs.

Décalée vers le centre, on trouve toute la partie confort avec trois gros aérateurs ronds situés sous la console à écran tactile. Un élément qui intègre les dernières nouveautés en matière de connectivités.
 
D’un wifi payant au système de contrôle à distance avec un Smartphone tout est là pour que l’on vous suive à la trace. Il ne manque qu’un lecteur de CD qui reste quand même la seule solution pour écouter un son de qualité d’autant le Juke reçoit de belles enceintes.

Bien sûr, on retrouve les aides à la conduite classique comme le freinage d’urgence intelligent, la détection des piétons et des cyclistes, la lecture des panneaux (est-ce vraiment utile), la surveillance des angles morts ou l’alerte de franchissement de ligne. Un système de conduite semi-autonome sur voie rapide est également disponible sur le haut de gamme Tekna ou option à 1.500€ avec le pack Techno de la gamme N-Design.
 
Restons dans l’habitacle pour apprécier le confort réservé aux occupants. Au volant, on apprécie le maintien des sièges avant et la position de conduite facile à trouver grâce aux réglages multiples du volant. Le levier de vitesse tombe bien sous la main et le pédalier est bien positionné. Quant aux passagers arrière ils profitent totalement de l’allongement de l’empattement ainsi que de la hauteur sous plafond qui a été rehaussé. Ils disent un grand merci aux ingénieurs de Nissan.

Une motorisation unique.
Dans l’immédiat, le Nissan Juke ne dispose que d’une seule motorisation associée au choix à une transmission manuelle à six rapports ou à une boîte automatique DCT à 7 rapports avec palettes au volant.
 
Le moteur est un trois cylindres turbo de 999 cm3 qui développe 117 ch. Le turbo permet un couple de 180Nm qui apporte un meilleur confort lors des dépassements. Essayé sur un parcours varié qui comprenait un tracé de montagne particulièrement sinueux ainsi que des tronçons d’autoroute, le Juke que l’on a pris plaisir à pousser dans ses retranchements s’est remarquablement comporté.
 
Grâce à un choix de suspension relativement souple, le confort reste toujours présent et le roulis contenu dans les limites du raisonnable. A condition de rester en position Sport de la boîte de vitesse, les relances sont franches et l’on prend un réel plaisir à conduire ce petit SUV. En revanche, la position standard et à fortiori « économique » manque de dynamisme en dépit de l’action du turbo.
 
Néanmoins c’est grâce à ces trois fonctions de la boîte de vitesses que Nissan est parvenu à obtenir un véhicule dépourvu de malus et dont la consommation reste sous les 8 litres aux 100 km en adoptant une conduite dynamique.
 
Confortable, sans bruit aérodynamique, le Juke ne présente qu’un seul défaut qui réside dans la poignée de porte arrière intégrée dans le montant de porte. Sorte de tic stylistique, cette poignée n’est absolument pas ergonomique et oblige à un mouvement pas naturel surtout avec les bras chargés.
 
Changer sans bouleverser, voilà ce que Nissan a réussi avec son nouveau Juke. La concurrence a obligé le constructeur à réagir afin de conserver sa clientèle et en conquérir une nouvelle. Certes, elles sont en option mais les aides à la conduite sont nombreuses, il est possible de disposer d’une roue de secours vendue en accessoire et grâce à l’accroissement des dimensions intérieures il est devenu le SUV de la famille. Tout cela sans avoir perdu son originalité et sans être clivant.
 
Une série limitée de 180 exemplaires baptisée Première Edition sera réservée aux clients les plus fidèles tandis que les sociétés disposeront de deux finitions : Business Edition et Business+.
 
Joël Chassaing-Cuvillier


Le Nissan Juke en quelques chiffres

Moteur essence 3 cylindres en ligne – 999 cm3 (85 x 96 mm) – 117 ch à 5 250  tr/min – 180  Nm de 1 750 à 4 000 tr/min
 
Boîte automatique manuelle 6 rapports ou automatique 7 rapports
 
Dimensions : 421 x 180 x 159,5 cm, empattement : 263,6 cm
 
Poids : 1182/1207 kg – Pneumatiques 215/60 R17
 
Vitesse : 180 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 10,4 ET 11,1 s
 
Émissions de CO2 : 115 / 113 gr/km –
 
Prix : dès 19 990 euros