La vie est belle, les années folles de Maurice Chevalier à Hollywood par Jérôme Fitzgerald Collet (disque)

Pour célébrer le 50e anniversaire de la mort de Maurice Chevalier (1888-1972), Jérôme Fitzgerald Collet nous plonge dans l’ambiance musicale des années folles à Hollywood. Un album de chansons de la star du music-hall français, disponible depuis août 2022.





Jérôme Fitzgerald Collet réalise un double rêve, celui de rendre hommage à une star mondiale de la chanson, Maurice Chevalier et de chanter à nouveau, après quelques années de silence.
 
Comme lui-même l’explique : « Cet album intitulé La vie est belle ! Les années folles de Maurice
Chevalier à Hollywood, correspond à des chansons oubliées, dont une seule est franco-française, signée de Maurice Yvain, compositeur à succès de l’époque et ami de l’artiste. Même si on a
l’impression que ce sont des chansons françaises, toutes ont été écrites en anglais par des auteurs
américains, dans un style français, puis réadaptées en français
».
 
Ainsi certains titres tels Hello beautiful ne furent chantés qu'aux États-Unis, mais Chevalier introduisit en France les versions françaises, tels yes Sir, that's my baby, I Wonder where my baby is tonight, ou encore la désopilante Quand j'entends c't'air des Dolly sisters / Syncopation on the brain.
 
Renouant avec le style des crooners, Jérôme Fitzgerald Collet interprète 19 chansons dans leur
version anglaise et leur adaptation française. En outre, la collaboration avec l’orchestre Big Band de
Jacky Delance et ses 20 musiciens a permis des arrangements contribuant à un univers musical évocateur du Fox trot et du Charleston.

Maurice Chevalier en quelques mots...
Figure légendaire du Music-Hall français, Maurice Chevalier (1888-1972) reste associé à son canotier et son fameux sourire. Les générations familières de l’artiste fredonnent encore aujourd’hui ses chansons les plus populaires parmi lesquelles Ah ! Si vous connaissiez ma poule, Dans la vie faut pas s’en faire, ou encore Ma pomme, etc.
 
Moins connue est la carrière fulgurante qu’il a eue aux États-Unis. À l’époque, il avait un atout, celui de parler anglais. En 1929, il tourne le premier film parlant de la Paramount, Innocents of Paris (La
chanson de Paris). Et c’est la chanson Louise -qu’il n’enregistra pas en français- qui sera sa carte de visite auprès des Américains.
 
D'autres films suivront - Parade d'amour, Le lieutenant souriant, Une heure près de toi, Aimez-moi ce soir, La grande mare... – dans lesquels certaines chansons deviendront des succès en anglais et en français.
 
Après cinq ans outre-Atlantique, ponctués d’aller-retours, il revient définitivement en France dans les années 30 mais il continuera à se rendre régulièrement aux États-Unis. Il recevra même un Oscar pour l'ensemble de sa carrière, en 1958, notamment pour sa prestation dans le film Gigi. Il s'éteint dans sa
maison de Marnes-la-Coquette le 1er janvier 1972.

Les points de vente :
Distributeur : EPM - Prix : 14,99 € - Disponible sur fnac.com  - spotify.com  - deezer.com
 

Article publié le 07/10/2022 à 01:00 | Lu 1361 fois