Sommaire
Article publié le 10/11/2021 à 01:00 | Lu 2071 fois

La mobilité des seniors : un véritable enjeu de bien-être




Pour préserver les liens sociaux, la mobilité des seniors est un enjeu primordial. En effet elle contribue à maintenir l’autonomie alors que le risque d’isolement des anciens ne cesse de croitre avec l’âge. Heureusement, de nombreuses solutions se mettent en place pour limiter cet impact. Explications.


La mobilité des seniors : un véritable enjeu de bien-être
Les seniors et la mobilité, des chiffres qui laissent perplexe
Les études les plus récentes font état d’une diminution de plus de la moitié du « rayon de vie » au-delà de 75 ans. Mais, plus que ce « rayon de vie », les chiffres de l’étude « La mobilité des seniors en France »* sont encore plus interpellants. En effet, cette étude révèle que :
- un tiers des seniors ne sort pas de chez eux tous les jours ;
- 44% des 75 ans et plus disent avoir des difficultés pour se déplacer ;
- un quart des 75 ans et plus ne sort pas de toute la semaine.
 
Ces chiffres sont à mettre en perspective avec ceux de la police qui estiment que plus de la moitié des piétons tués sur la route sont des seniors. Un ensemble de raisons suffisant pour prendre ce problème à bras le corps.
 
Le transport communautaire ou le drame du dernier kilomètre
Pour répondre à la problématique de la mobilité des seniors, les transports en commun ou communautaires déploient leur imagination et leurs réseaux. Malheureusement, la réduction du prix des transports pour les plus âgés ne règle pas tout. En effet, celle-ci doit entrer dans une politique globale prenant notamment en compte « le drame du dernier kilomètre ».
 
De nombreux seniors n’ont, dans les faits, pas accès aux transports en commun. Il faudrait des infrastructures adaptées qui permettent un accès facilité avec des plans inclinés, des ascenseurs, des bancs, etc. Mais même avec cela, que se passe-t-il entre l’arrêt du bus et le domicile ? Comment les ainés peuvent-ils effectuer ce trajet ?
 
L’illusion des transports autonomes
Pour répondre à ce défi, de nombreuses multinationales se sont lancées dans des projets de voitures autonomes. Google et Apple dans un premier temps, rejoints aujourd’hui par des marques automobiles comme Tesla, Mercedes ou encore Renault annoncent ces véhicules plus sûrs, plus écologiques et plus économiques. Pour demain.
 
Si ces technologies progressent rapidement, elles sont encore insuffisantes pour résoudre le problème. En effet, ces véhicules sont toujours en test, à l’état de prototype. De plus, ils se heurteront à la législation européenne actuelle qui stipule que tout véhicule doit avoir un conducteur. Ce dernier doit aussi rester maître de son véhicule. Un bel imbroglio juridique en vue donc.
 
Le meilleur moyen reste donc que les personnes âgées aient leur propre moyen de transport. Mais, lorsque l’âge avance, même si la voiture est synonyme d’autonomie, les capacités physiques et cognitives diminuent. Aussi, il peut rapidement devenir difficile de conduire, et à terme, totalement impossible sans présenter un danger pour soi-même et pour les autres.
 
Heureusement, d’autres moyens de locomotion voient le jour.
 
Des solutions viables pour la liberté de tous
Pour pallier l’impossibilité de conduire un véhicule automobile ou tout simplement pour ceux qui n’en ont pas, des solutions alternatives existent. Plus maniables, ces alternatives sont accessibles à la majorité des seniors. Parfois considéré comme une aide au déplacement, le tricycle électrique pour adulte permet de garder toute son indépendance.
 
Cet engin plus ou moins motorisé selon le modèle permet de se déplacer en position assise. Avec ses trois roues, le tricycle est particulièrement stable. C’est un partenaire adapté pour tous les déplacements courts, ceux, justement, qui ne peuvent pas être réalisés par les ainés lorsqu’ils sont seuls. Ou tout simplement pour les personnes qui souhaitent retrouver une activité physique en toute sécurité.
 
La mobilité des seniors est un enjeu majeur pour éviter l’isolement. Si les transports en commun ne répondent pas encore à cette problématique, des moyens alternatifs comme les tricycles électriques peuvent prendre le relais lorsque l’utilisation d’une voiture devient compliquée.

*Etude Auxilia/Laboratoire de la Mobilité Inclusive