Sommaire
Article publié le 20/06/2018 à 02:04 | Lu 5021 fois

La Silver économie pèsera 22 milliards d'euros en 2022

La silver économie devrait continuer à croître au rythme moyen de 2,5% par an en France. Selon les experts du cabinet d’études Xerfi Precepta, elle pèsera alors 96 milliards d’euros en 2022 versus 85 milliards en 2017. La montée en puissance de la génération baby-boom (plus consommatrice, techno-compatible et connectée), la hausse du nombre d’aidants et celle des personnes âgées sans aidant constituent bien sûr de puissants moteurs de développement… Détails.


La Silver économie pèsera 22 milliards d'euros en 2022
Selon ces experts, il existerait au sein de la Silver économie, 22 marchés regroupés au sein de cinq grandes filières telles que, par exemple, l’habitat et la sécurité, la prévention et la santé ou encore le financement.
 
Autre point fondamental : il ne faut pas oublier qu’il existe plusieurs « types » de seniors… Il convient donc de distinguer les différentes cibles de clientèle entre les seniors actifs (65-74 ans), les seniors fragilisés (75-84 ans) et les seniors en perte d’autonomie (85 ans et plus). Enfin, les opérateurs de la Silver économie sont également très nombreux et variés. De fait, ils rassemblent aussi bien des fabricants que des prestataires de services.
 
D’un point de vue purement démographique, le rythme de progression de la population des personnes âgées va légèrement se tasser (la vague « baby-boom » est en train de se tasser), et en particulier celle des seniors actifs et dans une moindre mesure celle des seniors dépendants. En clair, les marchés focalisés sur les 65-74 ans et/ou ne disposant pas d’une offre spécifique satisfaisante pour les 75-84 ans perdront de leur dynamisme.
 
Il s’agit entre autres de l’assurance dépendance, du crédit à la consommation, du tourisme ou encore des services à la personne de confort. A l’inverse, les marchés très axés sur les 75-84 ans et/ou ne disposant pas d’une offre dédiée à cette population profiteront à plein de la croissance de cette classe d’âge, selon l’analyse des experts de Xerfi Precepta. Il s’agit, entre autres de l’habitat intermédiaire, de la domotique ou encore des SAAD (services d’aide et d’accompagnement à domicile).
 
Face à la diversité des marchés seniors et des publics visés, les acteurs de la Silver économie doivent améliorer l’adéquation de l’offre à la demande. Ces experts ont ainsi identifié trois leviers de développement à mobiliser. Le premier revient à tendre vers le graal du guichet unique.
 
Cela passe par l’enrichissement de l’offre, voire l’organisation et l’articulation des produits et services pour proposer des solutions personnalisées. A ce titre, le Groupe La Poste est très bien placé pour s’imposer comme un guichet unique à la fois prescripteur, créateur, distributeur et coordinateur de solutions globales de proximité.
 
Le deuxième levier consiste à optimiser l’expérience client. Il s’agit ici de réaliser un ciblage très précis de la population visée et de mobiliser des canaux de prescription et de distribution efficaces, à co-innover avec les seniors ou encore, à les accompagner dans l’usage des produits, des services, des solutions. Enfin, il convient de saisir les opportunités d’innovations technologiques et sociales. La e-santé, la téléassistance enrichie ou encore les nouveaux modes d’hébergement en font partie.
 
Au-delà des opérateurs privés, les pouvoirs publics et les collectivités locales auront un rôle déterminant à tenir au sein du développement de la Silver économie. Tout d’abord, ils doivent créer des silver régions. Il s’agit en effet de mettre en place des filières régionales pour organiser, généraliser et mutualiser les dispositifs, à l’image des clusters et autres pôles de compétitivité.
 
Parmi les régions les plus avancées en la matière, citons notamment les Hauts-de-France. Ensuite, il s’agit d’améliorer l’efficacité des marchés administrés stratégiques, les pouvoirs publics et les collectivités jouant un rôle clé en matière de prescription ou d’information mais aussi de distribution de produits et services.
 
Les exemples de l’hospitalisation sous toutes ses formes ou du positionnement de la SNCF/Keolis dans les transports sont à cet égard riches d’enseignements. Enfin, le rôle législatif et réglementaire des pouvoirs publics est fondamental en matière de reconnaissance et d’encadrement de nouveaux marchés dédiés aux seniors fragilisés ou en perte d’autonomie. C’est ainsi que la loi d’adaptation de la société au vieillissement a, par exemple, défini le statut de « proche aidant ». « En somme, la Silver économie est un marché à très fort potentiel, encore à concrétiser » concluent les experts de Xerfi Precepta.






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 4 Décembre 2018 - 01:00 Mieux comprendre le suicide des personnes âgées