L'A-MCA lance son club SAR-CAN

L’Agence des médecines complémentaires adaptées (A-MCA) a lancé le 1er janvier dernier, un nouveau club, le SAR-CAN. Cet espace a vocation à rassembler les acteurs, à l'échelle nationale, autour d'événements et de favoriser les synergies entre les publics, dans le domaine de la prévention.





Avec l’acronyme de son nouveau Club, « Synergies », « Activités », « Rencontres » - pour être « Co-Acteur » et « Novateur » en prévention santé, l’A-MCA entend exprimer sa raison d’être : à savoir un espace d’accès à des événements de qualité et des avantages privilégiés autour de la prévention. 
 
Conférences, débats, ateliers, rencontres, évènements partenaires sont autant d’activités déployées au sein de ce Club. « SAR-CAN, est à la fois l’âme, le cœur et le symbole même de l’A-MCA, souligne Véronique Suissa, directrice générale de l’A-MCA. Il la matérialise à travers un ″espace de vie″ rassemblant son écosystème interne tout en accueillant toute personne externe. »
 
Un Club ouvert à tous et pensé pour tous

Au-delà de son écosystème actuel, composé de 15.000 membres (citoyens, praticiens, experts, organisations, partenaires), l’A-MCA propose un Club destiné à tous les publics avec des événements parfois ouverts à tous, d’autres parfois davantage ciblés, afin de répondre aux intérêts de chacun.
 
Les évènements seront organisés dans différents formats (en présentiel, distanciel, hybride...), afin de favoriser les liens sur tout le territoire avec l’idée de sensibiliser les citoyens à une thématique, de promouvoir les synergies entre les praticiens, d’organiser des débats d’experts, d’encourager au partage intellectuel autour d’un sujet/d’un projet donné ou encore, de permettre aux institutions de s’enrichir de leurs visions respectives.
 
« Le Club est aussi un moyen de créer des évènements partenaires avec les acteurs de l’écosystème, par exemple en proposant à un expert de présenter un ouvrage grand public sur la prévention aux citoyens ou en invitant spécifiquement nos membres experts à un colloque universitaire sur le sujet », précise encore la directrice.
 
Un projet de société et institutionnel

La création du Club répond à un enjeu sociétal et institutionnel. « Autrement dit, devenir membre ou partenaire du Club, c’est soutenir les actions d'intérêt général menées par l'A-MCA, adhérer à son projet et à ses valeurs », souligne Véronique Suissa.
 
Parmi elles : valoriser la prévention en santé, favoriser l'accès à de l'information éclairée pour les citoyens, structurer le domaine des médecines complémentaires, soutenir la professionnalisation de praticiens qualifiés ou encore aider à la mise en place d'actions utiles pour les citoyens.
 
Les coûts annuels varient selon les publics, en sachant que le Club permet des réductions aux citoyens en difficultés et assure la gratuité aux résidents d’Ehpad, « parce que les représentations sociétales empêchent que trop de considérer le lien entre ″bien-être″ et ″grand âge″ souvent associé exclusivement à la solitude, la souffrance, le déclin. Chez SAR-CAN, tout le monde a sa place, y compris les plus fragiles, les oubliés », conclut Véronique Suissa.
 
Pour plus d’informations : www.agencemca.fr/club-amca

Article publié le 24/01/2024 à 01:00 | Lu 2489 fois