Hypothèse d'un Nouveau Front Populaire au pouvoir : quelles mesures en faveur (ou en défaveur) des retraités ?

Au terme d'une campagne législative particulièrement clivante, le Nouveau Front Populaire (NFP) s'est hissé hier en courte tête des législatives, dessinant ainsi les contours possibles d'un avenir gouvernemental de gauche. Les mesures phares de son programme en faveur des retraités suscitent à la fois espoir, débat et inquiétudes.



Dans l'hypothèse d'un Nouveau Front populaire accédant pouvoir et mettant en oeuvre le programme annoncé aux français pendant la campagne électorale, celui-ci prendrait plusieurs mesures importantes concernant les retraités et futurs retraités :
 
  1. Abrogation de la réforme des retraites de 2023 : Le NFP s'est engagé à abroger immédiatement les décrets d'application de la réforme qui a repoussé l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans.
  2. Retour de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans : L'alliance de gauche a affirmé son objectif commun de rétablir l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans.
  3. Indexation des pensions de retraite sur l'inflation : Cette mesure viserait à préserver le pouvoir d'achat des retraités face à la hausse des prix.
  4. Rétablissement des facteurs de pénibilité : Le Nouveau Front populaire a promis de réintroduire les critères de pénibilité qui avaient été supprimés sous la présidence d'Emmanuel Macron, et qui permettraient de partir plus tôt à la retraite pour certaines catégories socio-professionnelles.
  5. Prise en compte des périodes de RSA : Les périodes pendant lesquelles une personne a perçu le Revenu de Solidarité Active (RSA) seraient comptabilisées dans le calcul de la durée d'assurance pour la retraite.
  6. Révision du cumul emploi-retraite : Pour les médecins et infirmiers, le Nouveau Front populaire envisage de revoir les règles du cumul emploi-retraite afin d'inciter le personnel de santé à reprendre une activité.
 
Toutes ces mesures viseraient globalement à améliorer les conditions de départ à la retraite et à maintenir le pouvoir d'achat des retraités.

Oui mais... Quid du financement ?

Pour financer cette politique particulièrement couteuse, le Nouveau Front populaire envisagerait plusieurs reformes économiques, dont certaines pourraient avoir un impact significatif sur les finances d'une portion non négligeable de retraités, notamment ceux disposant de revenus ou de patrimoines élevés :
 
  1. Rétablissement d'un impôt sur la fortune : Le Front populaire prévoit de mettre en place "un ISF avec une composante climatique" qui rapporterait environ 15 milliards d'euros. Dans quelles proportions ce nouvel ISF impacterait-il les retraités les plus aisés, notamment ceux disposant d'un patrimoine important ? Personne ne peut le prédire en l'état actuel des choses...
  2. Imposition des "superprofits" : Cette mesure qui toucherait les plus hauts revenus du capital, à priori majoritairement ceux des actifs mais qui pourrait aussi impacter indirectement les retraités détenant des actions d'entreprises ; elle est censée rapporter également 15 milliards d'euros dans les caisses de l'État...
  3. Surcotisation sur les hauts salaires : Bien que visant principalement les actifs, cette mesure pourrait une fois de plus concerner les retraités cumulant emploi et retraite avec des revenus élevés.
  4. Contribution des revenus du capital : Le programme du Nouveau Front Populaire prévoit de mettre à contribution "les revenus qui échappent à la cotisation comme les dividendes, les rachats d'actions, l'intéressement ou la participation". Cela pourrait notamment affecter les retraités tirant des revenus de leur épargne ou d'investissements. Dans quelle proportion ? Nul ne le sait.
  5. Augmentation des cotisations vieillesse : Une hausse de 0,25 point par an pendant cinq ans est envisagée. Bien que concernant principalement les actifs, cela pourrait aussi impacter les retraités en activité partielle.
  6. Modulation des cotisations sociales patronales : Cette mesure pourrait indirectement affecter les retraités actionnaires d'entreprises -et peser lourdement sur les TPE-PME qui représentent l'essentiel des emplois salariés dans notre pays, pour lesquelles la lourdeur des charges patronales représente déjà la principale cause de manque de compétitivité et de défaillance d'entreprises.
  7. CSG progressive : Bien que présentée comme une mesure de justice où "ceux qui ont moins paient moins" et "ceux qui ont plus paient plus", cette réforme pourrait augmenter la contribution des retraités aux revenus les plus élevés.

Il est important de noter que toutes ces mesures visent principalement les retraités les plus aisés et que leur mise en œuvre dépendrait en grande partie des négociations avec les partenaires sociaux.

À noter : Le Nouveau Front populaire n'a pas encore détaillé précisément l'impact de ses mesures sur les successions ou sur l'épargne des retraités...
Publié le 08/07/2024 à 09:39 | Lu 3652 fois


La rédaction vous conseille
< >



Retrouvez Senioractu.com sur
Facebook
X


Facebook
X