Sommaire
Article publié le 10/05/2022 à 01:00 | Lu 2840 fois

Grosse baisse du marché automobile




Le marché automobile s’effondre avec une baisse de 22,6% par rapport au mois d’avril 2021. Une baisse continue depuis le mois de juin 2021. Les chiffres des immatriculations données par l’organisme de contrôle AAA DATA confirment ce que l’on peut appeler un grave accident industriel qui ne semble pas être en phase de ralentissement. En revanche les ventes de SUV sont portées par les motorisations électrifiées.


La succession et la superposition des crises mondiales continuent à peser sur le marché automobile en avril, y compris sur les modèles d’occasion.
 
La demande se tourne vers les motorisations les plus économiques à l’usage, tandis que sur le marché du neuf, l’électrification profite au segment des SUV, qui passent devant les berlines. Même les voitures sans permis et les motos, jusque-là préservées, sont maintenant frappées par la baisse.
 
Le marché des voitures particulières neuves d’avril 2022 continue à chuter, à – 22,6% par rapport au même mois de l’année précédente. Il s’agit de la onzième baisse mensuelle consécutive depuis juin 2021. Les crises mondiales se poursuivent et s’ajoutent les unes aux autres pour perturber la production, tandis que les prix élevés des carburants et les débats sur les ZFE-m désorientent les clients.
 
AAA DATA, l’expert de la donnée augmentée, enregistre 108.723 immatriculations de voitures neuves sur le mois écoulé, contre 140.426 en avril 2021 et 188.195 sur le même mois de 2019, dernière année pleine avant la crise sanitaire.
 
Il y a deux ans, les concessions avaient dû rester fermées sur tout le mois d’avril 2020 en raison du confinement et le marché avait enregistré un effondrement historique de près de 89% ! Avec 474.083 voitures depuis le début de l’année, le recul est de 18,6% par rapport à 2021 et 36,1% comparée à 2019. Le marché de l’occasion s’engage lui aussi sur une même pente fortement baissière à – 16,9% en avril avec 434.730 transactions.
 
« La chute des immatriculations s’amplifie et ne concerne plus seulement le marché des voitures neuves », précise Marie-Laure Nivot responsable intelligence marché des AAA, « Elle touche l’occasion depuis maintenant plusieurs mois et sur une tendance de plus en plus marquée, en raison à la fois du manque de véhicules et de leurs prix élevés. On constate de manière très nette que les clients recherchent les modèles de seconde main plus abordables et économiques à l’usage, en particulier les électriques, hybrides ou fonctionnant au bioéthanol. »
 
L’électrification profite surtout aux SUV
Sur le marché des voitures neuves, le succès des motorisations électriques s’accentue puisqu’elles progressent de 33% en avril, avec une part de marché de 12%.

Comme en mars, les hybrides rencontrent un trou d’air à – 3% et même – 8% pour les hybrides rechargeables. Ils représentent tout de même 30% des immatriculations, tandis que la part de l’essence (– 33% à 37% de part de marché) et surtout celle du diesel (– 48% à 16% de part de marché) ne cessent de régresser.
 
Ce progrès de l’électrification va de pair avec la part croissante des carrosseries SUV, qui bien qu’en recul de 19%, représentent 46% des immatriculations, devant les berlines à 45%.

À un niveau très inférieur (4 % de part de marché), les breaks profitent d’un regain d’intérêt grâce à quelques nouveautés importantes : Dacia Jogger, Peugeot 308 et Citroën C5X. Quant aux coupés, ils ne représentent que 0,4% des immatriculations, mais progressent de 50%, portés par plusieurs modèles comme l’Alpine A110 et les BMW Série 2 et Série 4.
 
La demande se tourne vers les modèles électrifiés et bioéthanol en occasion
Avril marque le cinquième mois consécutif de recul pour le marché de l’occasion, à – 16,9% avec 434 730 transactions. De fortes disparités apparaissent toutefois selon la couleur de la vignette Crit’Air, donc de l’âge et de la motorisation.
 
Les plus fortes baisses concernent désormais les modèles les plus anciens, premiers exclus des ZFE-m, Crit’Air 4, Crit’Air 5 et non éligibles. Les voitures d’occasion électriques Crit’Air 0, qui bénéficient d’un bonus écologique d’un montant de 1 000 euros, affichent en revanche un quasi-doublement des transactions sur le mois comme depuis le début de l’année. Les motorisations hybrides (Crit’Air 1 et 2) et bioéthanol (Crit’Air 1, 2 ou3) sont elles aussi très recherchées.
 
Les problématiques de pouvoir d’achat font également évoluer les modes de financement, puisque la part de la location (location longue durée et location avec option d’achat) gagne un point en occasion par rapport à l’an dernier et avoisine les 4%.
 
La baisse touche désormais le marché de la moto et celui des voitures sans permis
Alors qu’il commençait à montrer des signes de ralentissement en mars, le marché de la moto s’inscrit en net recul en avril à – 12,5% et passe aussi en négatif sur les quatre premiers mois de l’année (– 2,8%).
 
Les voitures sans permis sont elles aussi frappées par une forte baisse puisqu’elles perdent 27% en avril, avec des disparités importantes par groupe. Parmi les leaders du marché, Aixam-Mega (marque Aixam) reste en progression à + 1,6%, mais Ligier (marques Ligier et Microcar) perd 6,1% et surtout Stellantis (marque Citroën) chute de 74,8%.




Dans la même rubrique
< >

Jeudi 5 Mai 2022 - 02:27 Les freins à vie chez Autobacs