Sommaire
Article publié le 07/07/2020 à 04:40 | Lu 1444 fois

Gouvernement : Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l'autonomie




Il est intéressant de constater que dans le nouveau gouvernement français, celui de Jean Castex, premier ministre, révélé le 6 juillet dernier, le ministre de la Santé Olivier Véran reconduit dans ses fonctions, sera épaulé de Brigitte Bourguignon, 61 ans, qui sera ministre déléguée à l’autonomie.


C’est la première fois que Brigitte Bourguignon, députée du Pas-de-Calais, participe à un gouvernement. Cette ex-socialiste désormais LREM, est donc, depuis hier, la ministre déléguée à l’Autonomie auprès d’Olivier Véran qui reste quant à lui, ministre de la Santé.
 
Ce dernier a d’ailleurs qualifié d’« historique, le chantier pour l’autonomie » que le binôme a à conduire, avec pour mission de constituer la future « cinquième branche » -en complément de la maladie, des accidents du travail, de la retraite et de la famille- de la Sécurité sociale dont le principe a été acté par un projet de loi débattu en juin 2020 à l’Assemblée nationale.
 
Les modalités et le financement de cette nouvelle branche seront, quant à elles, arrêtées dans un rapport attendu pour mi-septembre en vue du prochain PLFSS. L’attribution de 0,15 point de CSG, soit 2,3 milliards d’euros, n’est prévue qu’à partir de 2024. A noter que cette année, la Sécu devrait afficher un déficit record de 41 milliards d’euros.
 
Brigitte Bourguignon est issue d’une famille ouvrière. Secrétaire médicale, elle a travaillé au CCAS de Boulogne-sur-Mer. Par la suite, en tant qu’élue, elle a présidé depuis trois ans la commission des affaires sociales du Palais-Bourbon. Elle a aussi pris, récemment, la présidence de la mission d’information sur la gestion de la crise sanitaire liée à la Covid-19.
 
Pour Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa : « le nouveau Premier ministre, Jean Castex, a fait le choix de permettre à Olivier Véran de poursuivre son action, ce que nous accueillons comme une très bonne nouvelle. Olivier Véran s’est en effet imposé depuis le début de la crise sanitaire comme un interlocuteur fiable et à l’écoute des préoccupations des acteurs du Grand Âge ».
 
Et la responsable syndicale de poursuivre : « il sera épaulé par Brigitte Bourguigon (…) Nous aurons à cœur de poursuivre les échanges avec eux et de travailler de manière constructive, tout au long des prochains mois, notamment dans le cadre de la réforme du Grand Age annoncée comme une priorité du gouvernement. »

De son côté, l'AD-PA se dit « satisfaite que l’appellation de ce ministère reprenne le terme d'autonomie qui est positif comparativement à tant d'autres appellations dévalorisantes, voire méprisantes ».