Fondation Partage & Vie : découverte en terre inconnue (partie 2)

La parole est donnée à des professionnels et à des personnes âgées. Et si leurs parcours n’étaient pas simplement des trajets individuels mais des récits dans lesquels chacun peut retrouver des traits de son propre vécu, des interrogations familières, des intuitions déjà entrevues ? Le point avec Anne Moszyk et Liliane Lepoutre, directrice d’EHPAD et résidente à Partage & Vie.


À 90 ans, Liliane Lepoutre porte sur le grand âge un regard étonné, amusé, désabusé, indulgent et attentif. Elle compare le statut des personnes âgées dans sa jeunesse à aujourd’hui, en répondant à
 
Anne Moszyk, directrice de l’établissement où elle habite. Celle-ci répond à son tour aux interrogations de la résidente. Elles comparent leurs itinéraires de vie, leurs perceptions respectives du vieillissement et des changements de regard de notre société sur la vieillesse.
 
 J’ai la chance d’avoir 90 ans, et d’avoir fait le choix d’arriver dans cette maison, une résidence autonomie, après un séjour à l’hôpital, lié à une bête chute à domicile.
 
Lorsque j’ai annoncé mon choix à mes enfants, ils m’ont donné raison. Ce qui est important, c’est que ce choix de vie est le mien. J’ai été « accueillie » […] et non « recueillie ». Être accueilli, c’est venir de son plein gré, on a choisi d’être là. Être recueilli, c’est être placé, un peu comme à la SPA. […]
 
Je suis dans le grand âge, je ne veux pas vivre dans la nostalgie, les souvenirs doivent rester à leur place. Les mauvais arrivent toujours inopinément, et ils sont tenaces, le soir, la nuit par exemple, et jamais les bons. J’organise mes semaines, vivre ainsi me permet de me projeter, d’aller de l’avant, d’apprécier – justement – mon quotidien.
 
Je vais peut-être vous sembler orgueilleuse, mais je veux montrer à mes 32 descendants (rire) que je suis encore debout. […]
 
Je me souviens de la première fois que je suis sortie en déambulateur, j’étais rouge de gêne de sortir comme ça. J’arrive au passage piétons, près d’un feu rouge, un jeune père était là avec sa gamine.
 
La petite me regarde et s’exclame : « Toi aussi, t’es en poussette ! » Ça m’a fait rire, et ça m’a totalement décomplexée pour la suite. »

Publié le 16/11/2023 à 01:00 | Lu 3998 fois