Fondation Apicil : la douleur, son traitement reste un défi majeur pour la France

Aiguë, chronique, physique, psychique, la douleur est une expérience individuelle et intime. Elle est au cœur de toutes les problématiques de santé et touche en particulier les populations les plus vulnérables, notamment les âges extrêmes. Depuis 20 ans, la Fondation APICIL n’a qu’un but : apporter aux soignants, chercheurs et associations un accompagnement souple et efficace, pour les aider à innover au service des personnes rendues vulnérables par la douleur.


Les douleurs les plus fréquentes concernent la migraine, l’arthrose, les douleurs neuropathiques et la lombalgie chronique (source : SFETD). A ce titre, la douleur constitue le premier motif de consultation, dans les services d’urgences et chez le médecin généraliste.


Les grands chiffres de la douleur
 
  • 32% des Français expriment une douleur quotidienne depuis plus de 3 mois.
  • un patient douloureux chronique sur 2 a une qualité de vie altérée.
  • deux patients sur 3 ne sont pas soulagés par leur traitement.
  • + de 60% des patients admis aux urgences ont une douleur modérée à sévère.
  • Près de 20% des patients opérés gardent des séquelles douloureuses après une opération chirurgicale.
  • 45% des patients douloureux chroniques sont concernés par des arrêts de travail avec une durée moyenne (cumulée) de plus de 4 mois par an.
  • 5 fois plus d’arrêt de travail chez les patients douloureux chroniques.
  • + de deux-tiers des patients (70%) souffrant de douleur chronique, présentent des répercussions psycho-sociales (troubles du sommeil, anxiété, dépression, troubles cognitifs).
  • - de 3% des patients douloureux chroniques bénéficient d’une prise en charge dans une structure spécialisée douleur chronique de recours.
 

« Depuis 2004, la Fondation APICIL contribue à l’amélioration de la prise en charge de la douleur des malades, des proches-aidants et des soignants. Son objectif est de faire remonter les besoins du terrain, apporter aux soignants, aux chercheurs et aux associations, des réponses adaptées à leurs besoins pour les aider à innover auprès des personnes rendues vulnérables par la douleur » précise Nathalie Aulnette, Directrice de la Fondation APICIL.
 
Et d’ajouter : « La Fondation APICIL est au service des porteurs de projets et c’est dans cet état d’esprit que ses conseils –scientifique et d’administration- sont engagés pour prévenir et améliorer le soulagement de la douleur. (…) La sensibilisation et l’information font partie des enjeux des acteurs de la prise en charge de la douleur. Cette démarche est primordiale pour la consolidation d’une culture de lutte contre la douleur en France ».
 
Acteur du mécénat, indépendante et Reconnue d’Utilité Publique, la Fondation APICIL n’est ni un acteur politique, ni un acteur du soin, elle trouve sa place dans les liens qu’elle tisse à travers ses actions de mécénat.
 
À ce jour, 2.010 projets ont été étudiés, 1.000 projets et actions innovantes ont été soutenus sur l’ensemble du territoire français pour 13 millions d’euros attribués.

Elle contribue à la réalisation de projets destinés à améliorer la prise en charge de la douleur à tous les âges de la vie via deux processus : des projets reçus tout au long de l’année et en plus des appels à projet ciblés.
 
Elle développe aussi des partenariats auprès de sociétés savantes et d’associations pour encourager le développement de la recherche dans le domaine de la lutte contre la douleur.

Publié le 16/05/2024 à 01:00 | Lu 3508 fois