Sommaire
Article publié le 21/02/2019 à 08:53 | Lu 422 fois

Flore de Cana : un rhum venu du Nicaragua

Unique rhum du Nicaragua, le Flor de Cana est issu d’une maison qui est dans la même famille depuis 1890 et produit un rhum traditionnel dans sa distillerie de Chichigalpa. Proche du volcan San Cristobal, la distillerie profite d’une eau à la minéralité très spécifique.


Fondée en 1890 par Alfredo Fransisco Pellas Canessa, la Compania Licorera de Nicaragua est toujours supervisée par la même famille, un savoir-faire de cinq générations qui profite à la qualité de la production.
 
Rhums traditionnels élaborés à partir de la mélasse de canne à sucre. Une mélasse locale qui provient des champs de canne à sucre situés à proximité de la distillerie. Si, dans le passé, la distillerie utilisait des pots stills, aujourd’hui le rhum est distillé en cinq étapes par une triple colonne plus moderne.
 
Il en résulte un rhum léger et pur qui ensuite, est mis à vieillir dans des anciens fûts de Bourbon qui sont scellés. Un choix qui permet d’obtenir un rhum à la robe ambrée et qui interdit tout rajout d’additifs ou de sucre au cours de son vieillissement.

Actuellement, Flor de Cana propose des rhums de grande qualité âgés de 4 à 25 ans. Un choix qui permet d’être présent dans toutes les gammes de prix ainsi que des produits adaptés à différents modes de consommation.
 
Les rhums jeunes seront parfaits pour la confection de cocktails tandis que les rhums anciens se dégusteront avec un cigare dans la tranquillité. Outre le 25 ans d’âge puissant où dominent le cacao et la vanille, on retient le 18 ans d’âge plus délicat et élégant. Légèrement épicé, on retrouve des notes de miel et de vanille qui s’accorde parfaitement avec un robusto D4. A déguster pur ou avec juste un glaçon.
 
Pour les cocktails et les longs drinks le Flor de Cana 7 ans Grande Reserve et le rhum blanc Flor de Cana Extra Sec de 4 ans seront parfaits. Avec des arômes d’agrume et d’épices, ils seront la colonne vertébrale des cocktails estivaux. Une jolie gamme qui mérite d’être découverte. 
                     
 Joël Chassaing-Cuvillier







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Juillet 2019 - 01:00 La diversification ou l'avenir du cognac

Vendredi 5 Juillet 2019 - 01:00 Whiskies du monde : un découvreur de talents !