Sommaire
Article publié le 30/09/2020 à 10:36 | Lu 2197 fois

Désir, plaisir et sexualité : ça continue après 60 ans !




La société Oui Care, spécialisée dans les services à la personne vient de dévoiler les résultats d’une nouvelle enquête* (encore une, diront certains) sur la sexualité des seniors, réalisée par l’institut Market Audit, qui montre des plus de 60 ans décomplexés à la vie sexuelle active et satisfaisante. Détails.


Selon cette nouvelle enquête sur la sexualité des seniors (il en sort régulièrement de nouvelles qui disent toutes, peu ou prou à peu près la même chose), près des trois-quarts (72%) des plus de 60 ans ont une vie sexuelle épanouie et c’est tant mieux !
 
Sans trop de surprise non plus, les seniors accordent une place importante à la sexualité. En effet, selon ce sondage en ligne 75% se disent satisfaits de leur vie sexuelle, un résultat similaire aux Français dans leur ensemble. Et point important : ils ont une vie sexuelle active, satisfaisante, aussi satisfaisante que pour les moins de 35 ans.
 
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Ainsi, pourrait-on dire aussi de  nos pulsions et de nos désirs. Car si vieillir, c'est changer continuellement, il en va de même des plaisirs de la vie, y compris en matière de sexualité » indique Véronique Cayado, docteur en Psychologie**.
 
Et cette spécialiste de poursuivre : « questionner la sexualité de tous, des plus âgés comme des plus jeunes, c'est aussi vouloir tordre le cou à cette croyance profondément enracinée qui fait des vieux des êtres à part, des autres devenus à ce point dissemblables que seuls subsistent en eux les besoins physiologiques de base ».
 
Après 60 ans, près de la moitié des hommes et des femmes continuerait à avoir une vie sexuelle au moins une fois par semaine. Soit, à peine 10 points de moins que les moins de 60 ans ! Pour autant, avec l'âge, il apparait que les rapports se raréfient, souvent du fait de la perte du conjoint ou de la maladie mais aussi, par manque de désir ce qui entraine un quart des seniors à ne plus avoir de rapport sexuel.
 
Ceci étant, plus du tiers des sondés (36%) se dit prêt à recourir à la médecine (il existe depuis vingt ans des médicaments contre la dysfonction érectile par exemple) pour conserver ou améliorer leur vie sexuelle. Contre 47% chez les moins de 35 ans
 
Autre point saillant de cette enquête, les complexes physiques « ne sont plus de leur âge ». De fait, les seniors semblent moins se soucier de ces problématiques à la différence des plus jeunes pour qui les complexes restent plus présents. Avec l’âge, on se tranquillise par rapport à cela.
 
Enfin les barrières, les tabous dans les pratiques sexuelles : ils n'en ont pas plus ni moins que les générations précédentes. Ainsi, pratiquement un sur trois (29%) affirme avoir des barrières ou des tabous qui gênent leur vie sexuelle. Assez proches des plus jeunes.
 
Sans être taboue, la sexualité reste toutefois dans les faits un sujet dont ils parlent moins : plus du tiers (35%) des seniors n'en a jamais parlé à personne et, s'ils doivent en parler, ils le font de préférence auprès des professions médicales.
 
*Enquête en ligne Oui Care réalisée par Market Audit du 17 au 21 septembre 2020. 1 000 interviews représentatives de la population Française, en termes de genre, d'âge, de PCS et de région, dont 356 seniors (60 ans et plus).
**membre de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), Membre et Chargée de recherche et développement de l'Institut du Bien Vieillir, Groupe Oui Care.





Dans la même rubrique
< >

Mercredi 21 Octobre 2020 - 01:00 Thermalies 2021 : pleins feux sur le thermalisme