Désaccord sur le Grand Âge au sein du gouvernement ? Par la Fnadepa

Le 29 mai dernier, lors d'une séance de questions au gouvernement, le parlementaire Jérôme Guedj a sollicité des éclaircissements sur la position du Conseil d’État quant à la conformité constitutionnelle d'un projet de loi de programmation dédié à la thématique du grand âge.


En réponse, la titulaire du portefeuille du Travail, des Solidarités et de la Santé a fait savoir à l'assemblée législative que, contre toute attente, la consultation de cette haute instance n'avait pas été effectuée…. Il incombait normalement au secrétariat général du Gouvernement d'effectuer cette démarche, ce qui, à défaut d'explications supplémentaires de la part de la ministre, n'a pas été entrepris.

La Fnadepa exprime son indignation face à cette déclaration. En effet, elle vient en contradiction flagrante avec les promesses maintes fois renouvelées de la Ministre devant les représentants du peuple et les médias, de solliciter l'avis du Conseil d'État sur le projet de loi de programmation avant même de débuter son élaboration.

Dans un contexte où les déficits des structures d'accueil pour personnes âgées se creusent, où les difficultés de recrutement de personnel deviennent endémiques, et où la démographie de notre pays annonce un vieillissement progressif nécessitant des préparatifs en vue d'assurer la prise en charge d'un nombre croissant de seniors, la Fnadepa déplore cette manœuvre dilatoire et exhorte le Gouvernement à honorer ses promesses.

Elle souligne l'importance cruciale d'une loi de programmation sur plusieurs années dédiée à la prise en charge du grand âge, un besoin pressant pour le secteur, et dont le principe avait été acté dans la loi du 8 avril sur le Bien vieillir.

Rejeter cette initiative sans fournir de justification équivaudrait à négliger les fondements de notre système démocratique... sans même évoquer le dédain affiché envers nos aînés et les professionnels qui les soutiennent au jour le jour.

La Fnadepa, fédération nationale rassemblant plus de 1.400 acteurs de terrain au sein de structures départementales et régionales, est au cœur de cette problématique essentielle pour notre société.

Publié le 03/06/2024 à 01:00 | Lu 1856 fois