Sommaire
Article publié le 18/06/2019 à 08:11 | Lu 3260 fois

Des voyages en prévision ? Pensez au Dossier Médical Partagé

Près de 6 millions de personnes profitent aujourd’hui des services offerts par le DMP et ceci en toute confiance ! Vos données sont en effet hautement protégées et sécurisées. Elles sont conservées par un hébergeur de données de santé ayant reçu un agrément du ministère en charge de la santé. Seuls le patient et les professionnels de santé autorisés peuvent y accéder. Aucun autre acteur, laboratoire pharmaceutique, mutuelle, banque, assurance, etc., n’a accès à ces informations confidentielles. L’Assurance Maladie elle-même ne peut pas les consulter.


Des voyages en prévision ? Pensez au Dossier Médical Partagé
Vous êtes en loin de chez vous (c’est bientôt les vacances) et une information concernant votre santé vous manque ? Pas de panique, votre Dossier Médical Partagé plus connu sous l’acronyme DMP est là pour vous rafraîchir la mémoire !
 
Que l’on voyage en duo, avec les petits-enfants, à la plage, à la montagne ou à la campagne, éviter de s’embarrasser du superflu est toujours une gageure ! Cette année, avant de partir, ayez le bon réflexe santé : ouvrez et renseignez votre DMP.
 
De quoi s’agit-il exactement ? On peut considérer qu’il s’agit de la « mémoire de votre santé ». En effet, ce carnet de santé numérique gratuit et hautement sécurisé vous suit partout où vous allez, en restant léger comme un plume puisqu’il est virtuel !
 
Que vous soyez en parfaite santé ou que vous ayez une maladie chronique, avant de prendre la route, pensez à ouvrir votre DMP et à le remplir avec quelques informations clés : antécédents médicaux (diabète, hypertension, maladie cardiovasculaire, etc.), résultats des derniers examens nécessaires au suivi d’une éventuelle maladie chronique (bilans sanguins, électrocardiogramme) ou encore port de prothèses (hanche, genou, stimulateur cardiaque), date des derniers vaccins, allergies et intolérances, personnes à contacter en cas d’urgence.
 
Si vous avez besoin de consulter un médecin sur votre lieu de villégiature, ce geste simple lui permettra d’accéder, avec votre accord, à ces précieux renseignements.
 
En plus, l’Assurance Maladie verse dans le DMP l’historique des soins (médicaments, examens, opérations, etc.) remboursés au cours des 24 derniers mois. Alors, plus besoin d’encombrer vos valises avec tous vos papiers santé, le DMP s’occupe de tout !
 
Sachez que l’ouverture du DMP se fait en quelques clics, via l’application smartphone dédiée ou depuis un ordinateur sur dmp.fr. Un code de création vous sera demandé pour l’ouvrir. Si vous ne l’avez pas reçu, vous pouvez en faire la demande depuis le site ou l’appli. Il vous sera alors envoyé par email. Vous pouvez toujours demander l’aide de vos enfants ou des petits-enfants en cas de doute.
 
Vous n’avez pas d’adresse électronique ? Aucune panique, le code de création sera adressé par courrier sous 10 jours… alors n’attendez pas la dernière minute pour en faire la demande ! Il est trop tard ou vous avez des questions ? Muni de votre carte Vitale, rendez-vous chez votre pharmacien qui vous conseillera, créera avec votre consentement votre DMP en quelques minutes et vous remettra votre identifiant et mot de passe.
 
Il suffira ensuite de personnaliser votre mot de passe lors de la première connexion et d’aller dans la rubrique « Expression libre » pour l’enrichir avec vos informations.
 
Bon à savoir : votre DMP est inaccessible aux médecins du travail et aux médecins-conseils des organismes d’assurance. Sachez qu’ils n’ont pas le droit de vous demander à le consulter. Les laboratoires pharmaceutiques, les mutuelles, les banques, etc., ne peuvent pas non plus y accéder. Même l’Assurance Maladie n’y a pas accès.
 
Tout a été fait pour que vous gardiez le contrôle :
• Vous choisissez les professionnels de santé qui peuvent le consulter ;
• Vous êtes averti dès qu’un document y est déposé ou qu’un professionnel de santé s’y connecte pour la 1ère fois ;
• Vous pouvez masquer une information médicale (elle restera visible uniquement pour le médecin traitant).

​Vrai ou faux ?

Je suis en forme, le DMP n’est pas pour moi
FAUX : Un accident, ça arrive (malheureusement) à tout le monde. Le DMP vous permet de conserver et de mettre à jour votre histoire médicale. C’est utile, que vous soyez en forme ou non ! Grâce à lui, vous pourrez accéder à toutes vos informations de santé, n’importe quand et n’importe où (résultats d’examens, traitements médicamenteux suivis ou en cours, etc.). C’est essentiel, notamment en cas d’urgence.
 
Je dois scanner l’intégralité de mon DMP médical papier pour l’intégrer dans mon DMP
FAUX : Pas besoin de tout mettre dans votre DMP ! Il est conseillé d’y ajouter les informations clés, utiles notamment en cas d’urgence : allergies, maladie chronique, personnes à prévenir en cas d’urgence, etc. Votre médecin traitant et les autres professionnels de santé le compléteront ensuite.
 
Je dois communiquer mes codes pour que mon médecin puisse se connecter à mon DMP
FAUX : C’est inutile : un professionnel de santé n’a besoin que de votre carte Vitale pour se connecter à votre DMP. En revanche, pour y accéder, il doit être muni de sa carte CPS (carte d’identité professionnelle électronique) permettant ainsi de sécuriser et de tracer les accès au DMP.
 
Les informations contenues dans mon DMP sont stockées dans ma carte vitale
FAUX : Votre carte Vitale ne contient aucune information médicale ! Et de fait, leur conservation sur une carte à puce ou numérique pourrait mettre en péril vos informations en cas de perte ou de vol de la carte. Pour le DMP, votre carte Vitale ne sert qu’à vous identifier lors de sa création et permettre à vos professionnels de santé de s’assurer qu’ils se connectent au bon DMP.
 
Les informations enregistrées sont conservées en ligne dans un espace bénéficiant d’un niveau de sécurité élevé. Les modalités d’accès et de stockage des informations sont d’ailleurs conformes aux recommandations de la Cnil en matière de sécurisation de données de santé.
 
Plus d’informations sur dmp.fr





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Novembre 2019 - 01:00 Nash : de l'intérêt des probiotiques