Sommaire
Article publié le 19/03/2020 à 08:39 | Lu 3597 fois

Coronavirus : les personnes âgées vont payer un lourd tribut




Il ne faut pas se leurrer, comme dans toutes les grandes catastrophes, les personnes âgées vont payer un lourd tribut avec ce coronavirus. Ce sont elles qui vont mourir en masse et en premier, principalement compte-tenu d’un plan d’action du gouvernement beaucoup trop tardif et pas assez restrictif.


La France et l’Europe ont beaucoup trop tardé à prendre des mesures de protection contre le coronavirus. Et encore, celles prises ces derniers jours ne sont probablement pas assez strictes…
 
Alors que la Chine n’a recensé aucun nouveau cas local (mais quelques cas "importés") ce jour (cela ne signifie pas que c’est terminé, mais c’est tout même une bataille de gagnée), l’Europe voit le nombre de cas augmenter de manière exponentielle.
 
Et il ne faut pas se voiler la face, ce sont les personnes âgées qui vont « payer » le prix de cette irresponsabilité politique, de ces décisions prises beaucoup trop tardivement, qui vont plonger l’Europe dans une situation dramatique.
 
Dans ce contexte sans précédent, nos ainés vont être les premières victimes du Covid-19 pour deux grandes raisons.
 
Tout d’abord, avec le développement du virus, les services d’urgence vont rapidement arriver à saturation en personnel et en matériel. Et il ne faut pas se voiler la face, les médecins vont devoir choisir qui soigner… Entre un jeune et un ancien, on vous laisse deviner.
 
Ensuite, on le sait depuis le début, les personnes âgées et/ou malades chroniques sont plus à risque. Environ 15% de décès chez les 75 ans et plus contre 2% en moyenne. Quand une maison de retraite est contaminée, malgré la mise en place du plan bleu, cela arrive et va encore arriver, les contaminations se répandent comme une trainée de poudre !
 
Dans un récent entretien sur RTL Gaël Durel, président de l’Association des médecins coordinateurs et du secteur médico-social a alerté : « lorsque le virus rentre dans (un) établissement, on assiste à des taux de 75% de résidents atteints par le virus et des taux mortalité catastrophiques, au-delà de 20 à 30% ».

Jean-Philippe Tarot