Sommaire
Article publié le 17/03/2022 à 07:50 | Lu 2210 fois

Contend : nouveau produit pour la prise en charge des fuites urinaires masculines




A l’occasion du Salon des Seniors, les Laboratoires Coloplast, spécialistes de la prise en charge des troubles de la continence, présentent une toute nouvelle solution pour les hommes : Contend (« contenir » en français) qui permet la prise en charge des fuites urinaires légères à modérées. Explications.


Contend Coloplast
Issue de quatre années de R&D, ce nouveau produit se présente sous la forme d’une poche étanche « combinant matériaux et design de pointe » pour fournir aux hommes une solution discrète et facile à porter, « que ce soit en termes d’odeurs ou de bruit, afin qu’ils puissent se sentir en confiance et en sécurité ».
 
Spécialement conçu pour l'anatomie masculine, ce produit offre une collerette extensible pour un confort de port et un ajustement sûr autour du pénis ainsi que d’une bande adhésive refermable jusqu'à 10 fois afin d’uriner normalement sans avoir à l’enlever. En outre, cette nouveauté se veut « hygiénique et respectueuse de la peau, car elle ne contient pas de produit irritant et limite la surface de la peau exposée à l'urine ».
 
« Contend a été développé avec l'intention de dépasser le dilemme traditionnel entre l'expérience
parfois inconfortable du port de couches et les coquilles absorbantes plus petites qui peuvent
occasionner des fuites en raison d'un mauvais alignement ou d'une sursaturation
» explique Kristoffer Zeuthen, designer industriel chez Coloplast.
 
A travers le lancement de cette alternative aux solutions existantes sur le marché (serviettes, couches, coquilles absorbantes), Coloplast entend changer le paradigme de prise en charge des fuites urinaires masculines légères à modérées.
 
« Faute de trouver une solution adaptée, trop d’hommes se limitent dans leurs interactions sociales
par appréhension de leurs fuites urinaires
» explique de son côté Anne-Claire Szabo, directrice marketing des Laboratoires Coloplast en France.
 
Pour rappel, le caractère tabou de ces fuites, qui touchent entre 100 et 150 millions d'hommes dans le monde (et le vieillissement de la population va mathématiquement entrainer une hausse de ces chiffres), amène en effet un nombre significatif de ces hommes à les cacher, les négliger, ou à tenter
de les gérer à travers des solutions parfois inadaptées par manque d’informations sur les alternatives disponibles.