Sommaire
Article publié le 02/10/2020 à 01:00 | Lu 1245 fois

Conseils pour prévenir l'apparition du cancer du poumon




Le cancer du poumon figure parmi ceux qui prédominent chez les hommes. Mais c’est aussi un des cancers les plus répandus chez la gent féminine. Les chances de guérison des personnes qui en sont atteintes sont toutefois très faibles. Le meilleur moyen de lutter contre ce mal, souvent incurable, demeure encore la prévention, notamment avec le sevrage tabagique.


Prévention du cancer du poumon : l’arrêt tabagique
Sur 10 cas de cancer du poumon recensés, 8 sont dus au tabac… La fumée de cigarette contient en effet une cinquantaine de substances chimiques cancérigènes qui s’attaquent aux poumons et provoquent rapidement des lésions même chez les jeunes fumeurs.
 
Ces composants augmentent aussi les risques de cancers de la bouche, de la gorge, mais aussi de la sphère digestive, du col de l’utérus et des reins.
 
L’arrêt du tabac sous toutes ses formes demeure le meilleur moyen d’éviter ce cancer très meurtrier. Les risques diminuent dès que le sevrage est entamé. Mais c’est indéniable, plus tôt l’on arrête de fumer, plus les risques de cancer du poumon diminuent. Néanmoins, le sevrage reste bénéfique à tout moment.
 
Le risque de décès dû au cancer de poumon est évalué à 16% chez les personnes qui ont arrêté de fumer à 75 ans, à 6% si l’on arrête à 50 ans et à 2% à 30 ans. Sachez qu’il faut au moins 5 ans de sevrage pour diminuer le risque de cancer du poumon de moitié.
 
A noter que les fumeurs passifs sont aussi concernés par le cancer du poumon... Le tabagisme passif augmente de fait de 26% leur risque d’attraper ce cancer par rapport à un non-fumeur.
 
Le tabac étant à l’origine de nombreuses autres affections et pouvant causer des troubles cardiovasculaires, le sevrage tabagique augmente l’espérance de vie. Pour parvenir à se défaire du tabac, le fumeur peut recourir à des substituts nicotiniques.
 
C’est en effet la nicotine qui est à l’origine de l’addiction. D’autres alternatives peuvent être envisager comme le vapotage. La transition vers l'e-cigarette pour les fumeurs peut être intéressante, vous pourrez ainsi réduire petit à petit le dosage de votre e-cigarette jusqu'à 0 mg de nicotine. De plus, vous conservez la gestuelle et retrouvez les mêmes sensations qu’avec la cigarette classique, les substances nocives en moins.
 
Prévention du cancer du poumon : limiter l’exposition aux produits cancérigènes
Les substances cancérigènes susceptibles d’induire le cancer du poumon sont également présentes dans l’environnement. C’est le cas de l’amiante qui rentre dans la catégorie des substances de nature physique au même titre que le cadmium, du cobalt et des rayonnements ionisants.
 
Certaines substances de nature chimique comme le chromate de zinc, des vapeurs arsenicales et des suies de combustion du charbon sont aussi cancérigènes. Les aflatoxines utilisées dans les domaines agroalimentaires et agricoles peuvent également favoriser l’apparition du cancer du poumon.
 
Des mesures permettent de réduire l’exposition à ces produits nocifs dans le milieu professionnel. La loi impose ainsi aux employeurs de doter leurs salariés d’un équipement individuel en cas d’exposition, mais aussi de recourir à des moyens de prévention collective.
 
Prévention du cancer du poumon : éviter la supplémentation en bêta-carotène
Le bêta-carotène est bénéfique pour l’organisme. Avec ses vertus antioxydantes, il retarde le vieillissement des cellules. Cependant, ce précurseur de la vitamine A peut représenter un danger pour les fumeurs et les individus exposés à l’amiante et autres substances cancérogènes.
 
Une prise de bêta-carotène journalière entre 20 à 30 mg augmenterait le risque de cancer du poumon. Sauf indication contraire du médecin, l’apport journalier en cet élément doit être limité à 2,1 mg pour rester en bonne santé.
 
Une alimentation saine pour prévenir le cancer du poumon
Une alimentation saine est bénéfique pour l’organisme en général et le met aussi à l’abri du cancer du poumon, combinée à la pratique d’une activité physique régulière. Dans le cadre de la prévention d’un cancer du poumon, il est conseillé de consommer quotidiennement des fruits et des légumes à raison de 5 à 10 portions. Le soja et les phytostérols auraient également des vertus protectrices, ainsi que les vitamines du groupe B.
 
Dépistage en cas de doute
Le cancer du poumon n’est pas facilement détectable étant donné qu’il présente les mêmes symptômes que de nombreuses autres maladies. Mais souvent, il se manifeste par une toux persistante, une douleur thoracique, de l’essoufflement et des crachats de sang.
 
En cas de suspicion, il faut en faire part à son médecin traitement qui prescrira différents examens, notamment une radiographie et un scanner du thorax, une analyse cytologique des crachats, une ponction et une bronchoscopie permettant d’identifier un cancer du poumon.