Sommaire
Article publié le 03/04/2018 à 01:00 | Lu 1218 fois

Comment réduire sa facture énergétique ?

Parmi les postes de dépenses les plus importants et qui impactent le bien-être des seniors : le chauffage et plus largement, les factures d’énergie. Dans ce contexte, la question de la maîtrise du budget énergétique des ainés se révèle importante dans le cadre du maintien à domicile. De fait, quelles sont les solutions pour réduire ce budget sans se priver ?


La précarité énergétique est inscrite dans la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 (Grenelle II). On dit d’une personne qu’elle est en situation de précarité énergétique quand elle « éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat ». Or, si l’on s’en tient à cette définition, on considère que près des deux-tiers des Français déclarent avoir froid chez eux durant l’hiver !
 
Mais d’un point de vue moins déclaratif et plus « chiffré », on estime que les personnes en situation de précarité énergétique sont celles qui dépensent au moins 10% de leur revenu disponible dans leurs factures d’énergie. En 2016, selon cette définition, ce sont 3,8 millions de ménages qui étaient concernés en France. Et parmi eux, plus de la moitié (55%) était des ménages de plus de 60 ans.
 
Tout d’abord, les seniors, une fois à la retraite, voient leurs revenus diminuer. Ainsi, la part consacrée au budget énergie s’accroît de facto considérablement. Ensuite, les pensionnés sont plus souvent à la maison toute la journée que les actifs. Conséquence : les dépenses de chauffage et l’utilisation des différents appareils électriques augmentent.
 
D’une manière générale, les Français en situation de précarité énergétique se déclarent plus souvent en mauvaise santé. Ainsi, les personnes exposées à cette précarité énergétique se donnent une « note de santé » de 5,1/10 en moyenne contre 6/10 pour les personnes non exposées. Autre exemple chiffré : près des trois-quarts des gens concernés par la précarité énergétique disent avoir eu un rhume ou une angine contre 49,1% des personnes non exposées. Ce qui fait une sacrée différence !
 
Heureusement, il existe de nombreuses solutions pour aider les seniors à réduire leur budget énergie sans sacrifier leur confort. Tout d’abord, on peut réduire le prix du kWh grâce à un achat groupé d’énergie. Rappelons que l'achat groupé repose sur le principe de consommation collaborative (concept très en vogue de nos jours) : à plusieurs, il est plus facile pour des consommateurs de négocier des réductions sur les produits qui les intéressent, y compris sur les factures de gaz et d'électricité qui ne sont plus des charges incompressibles du budget. Dans la pratique, plus les consommateurs sont nombreux à se regrouper, plus ils y gagnent (c’est le cas de Selectra par exemple).
 
Même en-dehors d’un achat groupé, depuis 2007, il est possible de changer de fournisseur (sans engagement, sans changement de compteur, sans coupure de gaz ou d’électricité) et de bénéficier de prix plus intéressants que les tarifs réglementés des fournisseurs historiques.
 
Par ailleurs, les chèques énergie (qui remplacent dans toute la France les tarifs sociaux de l’énergie cette année) visent à aider les foyers modestes à régler leurs factures de chauffage ou à financer des travaux de rénovation énergétique. Leur mode d’attribution est automatique et est calculé sur la seule base du revenu fiscal de référence tenant compte du niveau de revenus et de la composition du ménage.
 
De nombreuses astuces permettent de réduire sa consommation et de préserver son confort :
- Il existe de nos jours des dispositifs qui vous permettent de suivre votre consommation de manière à n’utiliser que l’énergie véritablement nécessaire ce qui vous permet d’optimiser votre consommation : la station connectée Sowee, les applications de suivi de consommation Mint Energie ou d’Engie par exemple. De plus, avec l’aide d’un thermostat connecté, on peut pleinement maîtriser sa consommation, par exemple en adaptant la température de chaque pièce de la maison.
- Les offres d’énergie sont aujourd’hui multiples, il est possible de choisir l’option tarifaire la plus adaptée à votre situation (heures pleines - heures creuses / base / réductions les week-ends...)
- Le choix et la gestion des appareils électroménagers sont aussi importants : il convient de faire réviser sa chaudière annuellement, d’acheter des appareils à faible consommation, de ne pas obstruer les appareils de chauffage et de couper les appareils en mode veille. Tous ces gestes mis bout à bout peuvent réduire votre consommation.
 
Enfin, les économies peuvent aussi être significatives en changeant de mode de chauffage (ex : quitter le fioul pour passer au gaz naturel) tout en faisant, si besoin est, des travaux d’isolation qui peuvent parfois être subventionnés ; certaines énergies coûtant moins cher que d’autres. Bon à savoir : les seniors sont particulièrement susceptibles d’être éligibles à ce genre de subventions car ils entrent la plupart du temps dans les critères de revenus.