Comment apprendre l'anglais quand on est à la retraite

S’engager dans l’associatif, baby-sitter ses petits-enfants… ou apprendre une nouvelle langue étrangère : pour leur retraite, certains ont choisi cette dernière option. Avec une langue toujours autant plébiscitée : celle de Shakespeare. Quels sont les avantages concrets à se mettre ou se remettre à l’anglais lorsqu’on a 60 ans, 65 ans, 70 ans ou plus ? Quelles sont les méthodes concrètes à exploiter pour progresser le plus rapidement possible ? Comment adapter son quotidien à ce passionnant défi ? Réponses.


Cours en ligne ou en présentiel, applications mobiles ou ateliers de conversation, séjours linguistiques pour seniors : inventaire de solutions concrètes.

Les avantages de l’apprentissage de l’anglais à la retraite

L’apprentissage d’une nouvelle langue sollicite et stimule l’ensemble des capacités de concentration, d’écoute et de réflexion, rappelait Jean-François Démonet, neurologue et directeur de recherche à l’Inserm.
 
Mais se mettre ou se remettre à une langue vivante étrangère une fois à la retraite permet aussi d’élargir ses horizons culturels et sociaux. De fait, comprendre l’anglais et le parler est l’occasion de lire des contenus non traduits en français, de comprendre les paroles de vos interprètes anglophones favoris, ou bien encore de tisser un authentique lien d’amitié avec un correspondant.
 
En outre, maîtriser ne serait-ce que les rudiments de la langue anglaise vous permettra de vous débrouiller dans un grand nombre de situations à l’étranger, et pas seulement dans les pays officiellement anglophones comme le Royaume-Uni ou les États-Unis.
 
Avec 1,348 milliard de personnes qui parlent l’anglais à travers le monde en 2023, selon les chiffres du magazine Géo, cette langue est purement et simplement la plus parlée sur la planète.
 
Les différentes méthodes pour apprendre l'anglais à la retraite

Vous avez un niveau débutant en anglais ou, à l’inverse, vous avez déjà atteint un niveau intermédiaire mais souhaitez renforcer vos acquis ? Des solutions existent, aux formes variées et aux budgets divers – et elles ne sont pas réservées aux moins de 60 ans… Inventaire des principales.
 
Les cours en ligne

Un ordinateur et une connexion à internet : c’est tout ce dont vous avez besoin pour vous familiariser à la langue de Shakespeare et progresser rapidement dans votre apprentissage.
 
De nombreuses plateformes internet vous proposent d’accéder à des ressources fiables et entièrement gratuites liées à la grammaire, à la conjugaison, au vocabulaire et à la prononciation, en mots ou en vidéos. Vous pouvez également solliciter un professeur particulier et suivre un cours par semaine, deux cours, voire plus avec lui selon votre budget. Le gros plus : la flexibilité.
 
Les applications mobiles

Vous détenez un smartphone ? Utilisez-le au profit de votre apprentissage de l’anglais. Plusieurs applications ont fait de l’apprentissage des langues étrangères, leur spécialité.
 
Parmi les principaux titres, citons Babbel, très polyvalente, Duolingo, pour son parti pris résolument ludique, ou encore MosaLingua, qui propose une méthode quasi entièrement dédiée à l’apprentissage de nouveaux mots de vocabulaire. À noter : la plupart propose une partie de leur contenu gratuitement.
 
Les cours en présentiel

Le numérique n’est pas forcément votre truc ? Il existe heureusement de multiples moyens de trouver des cours d’anglais en présentiel. Commencez par vous renseigner auprès de la mairie de votre commune ; si elle-même ne propose pas la dispense de cours d’anglais, elle saura probablement vous orienter vers les bons organismes.

Entrez aussi la requête "cours anglais adulte" suivie du nom de votre commune sur Google : vous pourriez avoir de belles surprises.
 
Les ateliers de conversation

Interactions sociales accrues et pratique réelle et directe de la langue : les ateliers de conversation cumulent les atouts.

Toujours auprès de votre mairie, sur les réseaux sociaux, dans les cafés ou bars locaux à sensibilité étrangère ou sur des plateformes telles que Meetup, évaluez s’il existe des cafés de langue hebdomadaires près de chez vous : idéal pour pratiquer avec plus de souplesse, plus de détente, et faciliter votre progression.
 
Les séjours linguistiques pour seniors

On a tôt fait d’associer séjours linguistiques à adolescence – à tort ! Si les enfants et jeunes adultes sont les cibles privilégiées des organismes tels qu’EF, LEC et autres leaders du marché, les seniors ont aussi droit de cité en la matière.
 
Les atouts ? Une immersion totale et la promesse de nombreuses découvertes culturelles. Avant de choisir votre organisme, assurez-vous qu’il ait reçu des agréments reconnus (Unosel, Afnor, NF Service…).
 
Les astuces pour faciliter l’apprentissage et maintenir sa motivation

Quelle que soit la solution choisie pour étudier l’anglais une fois votre retraite prise, il existe quelques réflexes simples à mettre en place pour mettre toutes les chances de succès de votre côté.
 
Intégrer l'anglais dans son quotidien

Ne cantonnez pas la langue anglaise à vos cours : embrassez-la dans sa totalité en l’intégrant à votre vie de tous les jours. Traduction concrète ? Réglez la langue de votre téléphone portable ou de votre ordinateur sur l’anglais. Regardez vos films et séries anglophones exclusivement en version originale. Trouvez des recettes de cuisine dans la langue de Shakespeare au lieu de celle de Molière, etc.
 
Se fixer des objectifs clairs et réalistes

Le meilleur moyen de ne pas souffrir de la démotivation est de vous imposer des objectifs mesurables et atteignables. Par exemple, fixez-vous d’apprendre 10 nouveaux mots par jour, de lire un article en anglais par semaine, ou encore de parvenir à suivre un film en VO d’ici 3 mois, sans sous-titres.
 
De manière plus générale, vous pouvez également vous imposer le passage d’un niveau A1 (introductif) à un niveau A2 (intermédiaire) en 60 jours ; certaines plateformes vous proposent de vous auto-évaluer gratuitement.
 
Pratiquer régulièrement

La régularité est cruciale dans l’apprentissage d’une langue étrangère en ce qu’elle permet de consolider les acquis. L’exposition constante à la langue facilite la mémorisation et l’assimilation des structures linguistiques.
 
En outre, c’est un moyen d'entretenir la motivation et de progresser de façon continue et durable. Concrètement et selon votre emploi du temps, une demi-heure à une heure par jour suffisent avec, pourquoi pas même, une pause un jour par semaine.
 
Ne pas avoir peur de faire des erreurs

Commettre des erreurs, à l’écrit comme à l’oral, constitue une part essentielle de l'apprentissage d'une langue étrangère. Elles permettent de comprendre et de se corriger, ce qui favorise sensiblement la progression. Avoir peur de l'erreur peut limiter la pratique et l'expression libre, deux éléments clés pour maîtriser une nouvelle langue.

Publié le 23/05/2023 à 09:53 | Lu 9909 fois