Sommaire
Article publié le 28/05/2020 à 05:44 | Lu 1277 fois

Ce n'est pas parce que l'on a plus de 50 ans que l'on n'a plus droit au plaisir !




Cela fait un demi-siècle que la marque Tena se bat contre le tabou des fuites urinaires avec des campagnes et des produits adaptés. Aujourd’hui, pour la première fois en France, cette campagne baptisée #PasdAgeLimite, au parler-vrai, met en lumière des femmes d’âge mûr sans complexe qui parlent librement de leur intimité.


Selon un sondage de l’Ifop de l’année dernière, plus du tiers des Français de 18 ans et plus (37%) serait concerné par l'incontinence urinaire ! Comme on l’imagine bien, si ce phénomène reste relativement de marginal jusqu'à 64 ans (6%), il devient de plus en plus courant en vieillissant, concernant ainsi 13% des 65-74 et près du quart des 75 ans et plus (23%)…
 
Dans ce contexte, Tena, marque spécialisée dans les produits « incontinence », a souhaité, une fois encore, briser les préjugés sur ces femmes « poivre et sel » souvent mises à l’écart par la société en mettant en avant des chiffres issus d’une étude réalisée récemment par la marque en France.
 
Cette dernière montre le décalage entre les idées reçues sur l’âge, l’intimité, l’incontinence d’un public féminin jeune (18-34 ans) et la réalité vécue au quotidien par les femmes de plus de 50 ans. L’idée étant d’ouvrir le dialogue tout en levant les différents tabous relatifs à ces questions.
 
Les femmes de plus de 50 ans sont souvent dans la phase la plus dynamique de leur vie (souvent à l’apogée de leur carrière par exemple) : elles savent qui elles sont et ce qu’elles aiment. Et certes, le corps des femmes change et évolue, mais pourquoi devraient-elles en faire autant ? Au fond d’elles-mêmes, elles restent les mêmes.
 
Elles sont -généralement- bien dans leur intimité et bien dans leur peau et elles ont envie de le faire savoir ! C’est tout ce que démontre cette enquête menée par Tena. Parmi les chiffres dévoilés, 42% des jeunes femmes (entre 18 et 34 ans) pensent que l’incontinence aura un impact négatif sur leur vie sexuelle.
 
Et pourtant ! En écoutant des témoignages de femmes incontinentes et en levant le voile sur leur expérience quotidienne, la marque montre que seulement une femme sur dix de plus de 50 ans ayant des fuites urinaires constate que sa vie intime est affectée. C’est donc très peu.
 
Ce que confirme Sébastien Landry, psycho-sexologue : « je reçois régulièrement des femmes qui se confient sur leur intimité. Enfin, elles s’acceptent ! ». Et de poursuivre : « malgré un corps qui a changé, des kilos superflus, quelques fuites urinaires, elles entretiennent enfin des rapports plus amicaux avec celui-ci. Ce corps, qui ne semble plus répondre aux injonctions de la société actuelle, devient source de plaisir sexuel ; l’orgasme est à portée de main. »
 
« Nos corps changent, pas nous. Avec cette campagne #PasdAgeLimite, nous souhaitons initier la conversation et lutter contre les préjugés sur la représentation de la femme de plus de 50 ans. Notre approche a pour but de permettre aux femmes d’être elles-mêmes » conclut Laetitia Rohleder, responsable marketing TENA France.