Bientôt la fin du permis de conduire à vie ?

Est-ce bientôt la fin du permis de conduire à vie ? Une question qui s'immisce dans le débat public européen, alors que le Parlement se prépare à statuer sur une réforme potentiellement majeure le 27 février prochain.


La sécurité routière, éternelle préoccupation, pourrait connaître sous peu un tournant décisif : l'introduction d'un examen médical obligatoire tous les quinze ans pour les détenteurs d'un permis de conduire.

Ce changement, envisagé par une proposition de loi européenne, s'inscrit dans une démarche de prévention et de préservation de la santé publique. La voiture, prolongement de notre espace privé, devient le théâtre d'une vigilance accrue. L'examen médical envisagé ne serait pas une intrusion, mais un acte de responsabilité, un gage de sécurité pour soi et pour autrui.

En effet, la vue qui baisse, l'ouïe qui s'amoindrit, les réflexes qui se ralentissent : autant de facteurs qui, avec le temps, peuvent altérer notre aptitude à conduire. L'objectif est clair : réduire de moitié le nombre de morts sur les routes d'ici 2030 et viser une mortalité zéro à l'horizon 2050.

Cependant, cette perspective ne fait pas l'unanimité. Des associations d'automobilistes s'insurgent contre ce qu'elles perçoivent comme une remise en cause du permis de conduire à vie, sans infraction ni défaillance avérée. Des pétitions circulent, des débats s'enflamment, et l'opposition s'organise.

Les expériences menées dans divers pays européens, où des visites médicales sont déjà en vigueur, n'ont pas convaincu tout le monde de leur efficacité. La prévention, plutôt que le contrôle, est mise en avant par les détracteurs du projet. Anne Lavaud, de l'association Prévention routière, insiste sur une démarche proactive pour éviter les accidents, plutôt qu'une approche punitive ou restrictive.

Alors, sommes-nous à l'aube d'une révolution dans notre rapport à la conduite et à la santé ? La voiture, symbole de liberté, pourrait-elle être régie par des contrôles médicaux réguliers ? Le débat est ouvert, et l'Europe, à la croisée des chemins, s'apprête à prendre une décision qui pourrait redéfinir les contours de la mobilité individuelle.

À noter : dans certains pays européens comme l'Italie et le Portugal, la réglementation impose aux automobilistes de se soumettre à un examen médical après avoir atteint 50 ans. Cette obligation survient à partir de 65 ans pour les résidents d'Espagne et de Grèce, à 70 ans pour ceux du Danemark et à 75 ans pour les Néerlandais. À l'opposé, la France, l'Allemagne, la Belgique et la Pologne délivrent un permis de conduire sans expiration.

 

Publié le 21/02/2024 à 10:00 | Lu 3420 fois