Sommaire
Article publié le 25/01/2022 à 03:36 | Lu 3124 fois

Baromètre européen du vieillissement actif : focus sur les résidents en EHPAD




A l’occasion du premier baromètre européen du vieillissement actif mené par Odoxa pour le compte d’Orpea, réalisé en novembre 2021 auprès de près de 6.000 personnes (dont 444 résidents d’EHPAD), voici un intéressant focus sur les personnes âgées vivant en maisons de retraite.


Certes, l’autonomie est essentielle aussi aux yeux des résidents : cet item étant mentionné à 51% (vs 59% pour l’ensemble des Français). Mais, ce qui compte le plus pour eux, pour bien vieillir, c’est de continuer à voir leurs proches (53% des Français, soit 18 points de plus que la moyenne des Français).
 
Par ailleurs, les résidents considèrent bien moins que les autres Français qu’il n’y a point de salut hors de « leurs » murs ! Si les Français sont plus de la moitié (55%) à dire que bien vieillir c’est « pouvoir rester à son domicile le plus longtemps possible », les résidents ne sont que 37% à le dire...
 
La vie continue donc en Ehpad… surtout si l’on reçoit régulièrement des visites. Ce qui n’est pas forcément simple en temps de Covid…
 
Ce dernier point est fondamental car lorsqu’on interroge les résidents sur les principales difficultés rencontrées par les personnes âgées en France, l’isolement social arrive en 3e position (44%) après la perte d’autonomie (65%) et la dégradation de leur état de santé (53%), un sujet qu’ils vivent très concrètement et dont les Français n’ont pas tout à fait conscience (39% de citations).
 
Sur nombre de constats et de solutions, les résidents d’Ehpad partagent une vision très proche de celle de l’ensemble des Français
 
Les constats
Sur l’intégration des différentes tranches d’âge de seniors dans la société, ils enregistrent les mêmes résultats à un point près. Ils sont toutefois plus nombreux que les autres Français à trouver les 60‐69 ans (40% contre 29%) et les 80 ans et plus (16% au lieu de 11%) « tout à fait » bien intégrés.
 
Ils considèrent ‐comme l’ensemble des 75 ans et plus‐ à avoir été plus touchés que les autres générations par la crise sanitaire. Mais plus les résidents sont âgés moins ils se sentent « plus touchés que les autres » : 45% des moins de 80 ans le disent, 40% des 80‐89 ans et 36% des 90 ans et plus.
 
Logiquement moins actifs, ils ont sans doute moins durement vécu la privation de libertés (ou considèrent que d’autres qu’eux l’ont plus mal vécu).
 
Les solutions
Ils sont exactement la même proportion que l’ensemble des Français (95%) à trouver important ou prioritaire que les pouvoirs publics anticipent le vieillissement de la population française. Ils jugent les mesures proposées importantes à des niveaux très équivalents des Français, mais les trouvent moins prioritaires.
 
Il faut dire que l’essentiel des Français de cet échantillon se projettent en tant que « futures personnes âgées » (sur l’accompagnement au vieillissement, la prévention du bien vieillir, etc.) tandis que les résidents ne sont plus directement concernés par ces sujets.
 
Il y a en revanche un sujet sur lequel ils ne sont pas du tout d’accord avec les Français : c’est le fait d’associer les personnes âgées au monde du travail : c’est une bonne idée pour 63% des Français, mais seulement 37% des résidents… Eux‐mêmes doivent se sentir peu concernés par une telle idée.
 
Ils sont une proportion également massive à penser qu’étendre le champ d’intervention et de compétences des Ehpad en proposant à leurs équipes d’intervenir aussi au domicile des personnes âgées serait une solution qui pourrait permettre de mieux prendre en charge le vieillissement et la perte d’autonomie : 83% le pensent (88% des Français), dont 42% qui estiment que ce serait « certainement » une solution (contre 31% des Français).
 
Les résidents d’Ehpad ont souvent une vision bien plus positive du vieillissement que la moyenne des Français ! Ils sont ainsi les trois-quarts (74%) à considérer que notre société permet de bien vieillir ! Ils sont certes très majoritaires à juger que la perte d’autonomie est subie (68%) plutôt qu’active (29%), mais ils sont moins négatifs que la moyenne des Français sur ce sujet (8 points de moins).
 
Ils sont proportionnellement plus nombreux que les autres Français à trouver que les personnes âgées sont bien prises en considération par la société en matière d’accès au soin (82%, soit 15 points de plus). Idem pour la vie de famille (76%, soit 8 points de plus).
 
Toujours selon ce baromètre, ils sont bien plus nombreux à trouver que la solidarité intergénérationnelle fonctionne bien : plus des trois-quarts (76%) alors que les Français sont très partagés (51% seulement disent qu’elle fonctionne bien).
 
Autre point : ils sont aussi proportionnellement plus nombreux à trouver que la crise sanitaire les a rendus plus attentifs à la place des personnes âgées dans la société (les deux-tiers contre 61%). Ils sont encore plus enthousiastes sur les métiers du soin et de la prise en charge des personnes âgées dépendantes : pas moins de 93% d’entre eux disent qu’ils en ont une bonne image (72% des Français) dont 40% une « très bonne » (19% des Français) !
 
Ce point est évidemment crucial et très rassurant, étant donné que ce sont les résidents d’Ehpad qui connaissent le mieux ces métiers et ceux qui les exercent pour les fréquenter au quotidien. Ils les trouvent, plus encore que la moyenne des Français, utiles (97% contre 93%) et sont beaucoup plus optimistes sur leur potentiel d’évolution (61% contre 36%).