Alcools : le savoir-faire français pour la fête des pères (partie 1)

Une jolie bouteille de whisky venue d’ailleurs est souvent le cadeau habituel que l’on offre à l’occasion de la fête des pères (qui a lieu cette année le 18 juin). Pour une fois, pourquoi ne pas bousculer les habitudes et choisir un spiritueux provenant d’une région de France.



A l’instar de ses fromages, la France est particulièrement riche en variétés de vins et de spiritueux. Cognac, calvados, rhum, liqueur, champagne, voilà quelques-unes des productions des provinces françaises.
 
Le cognac Frapin pour la Charente, le calvados Lecompte en Normandie, le rhum pour l’île de Saint Martin, la liqueur Izarra pour le pays basque et le champagne Gosset pour la région champenoise.
 
Il y en a bien sûr beaucoup d’autres mais il est des moments où il est nécessaire de choisir et de faire une sélection. L’éclectisme des spiritueux français semble sans fin.
 
Le cognac Frapin Château Fontpinot XO célèbre ses 100 ans.

Célébré dans le monde entier, le cognac est injustement oublié par les consommateurs français. Eau de vie bénéficiant d’un savoir-faire ancestral, elle est représentée par des maisons prestigieuses qui sont des ambassadeurs du luxe français à l’étranger.
 
Parmi ces belles maisons, Frapin célèbre cette année le centenaire de son cognac Château Fontpinot. A cette occasion, Frapin vient de rééditer un coffret bois qui reprend les codes des années 20 et habille sa bouteille d’une étiquette au graphisme inspiré de l’originale.
 
Un cognac qui bénéficie de l’appellation Cognac Grande Champagne ainsi que celle, plus rare, de « château ». Cette dernière appellation exige que l’ensemble des opérations des vendanges à la mise en bouteilles soit réalisé sur le domaine.
 
Un cognac qui collectionne également les récompenses internationales depuis de nombreuses années. Dans le verre, le Château Fontpinot présente une robe chaude, brillante, ambrée et cuivrée à la fois. Au nez, ce sont des notes de sous-bois, de cuir et de poires qui se dégagent avant de révéler la complexité de la bouche.
 
Une souplesse délicate, les fruits secs, le cuir, le miel autant de notes différentes qui imprègnent le palais lorsque l’on déguste ce cognac de chez Frapin. Quant à la longue finale, elle prolonge le plaisir longtemps après la dernière gorgée. A déguster avec un carré de chocolat noir. Vendu chez les cavistes.
 
Le calvados Lecompte Révélation 100.

Encore une belle maison française qui célèbre un centenaire. Fondée en 1923, la distillerie Lecompte fait partie de ces maisons familiales qui ont su traverser les années et produire des alcools de qualité.
 
Mal connu, le calvados souffre de cette image d’alcool de bistro et de son classique café/calva qui figurait dans les films en noir et blanc des années cinquante.
 
Au-delà de cette image portée par une production de masse, il existe encore des producteurs qui sont les passeurs d’un savoir-faire ancestral, à l’instar de la distillerie Lecompte.
 
Pour célébrer ce siècle de distillation, Sylvain Pluchard le maître de chai de la maison a créé la cuvée Révélation. Il s’agit d’un assemblage de calvados du pays d’Auge.
 
Des jus issus des meilleures pommes de la région. Des calvados qui avant d’être assemblés avaient vieilli en petits fûts de bois de chêne. Présentée dans un superbe flacon la cuvée Révélation offre une robe d’une belle couleur ambrée et chaude.
 
Le nez épicé laisse venir des arômes boisés de pommes au four. En bouche, c’est la tarte aux pommes bien cuite, légèrement fumée, soyeuse qui déroule une belle longueur de pomme au four légèrement saupoudrée de cannelle.
 
Une excellente occasion de redécouvrir le calvados avec un produit de qualité. Calvados Lecompte, cuvée REVELATION 100, 99 euros.
 
Rhum Gouverneur XO et HSE 2019.

A l’inverse du calvados, le rhum bénéficie actuellement d’un phénomène de mode particulièrement puissant. Il en arrive même à dominer le whisky auprès de certaines tranches d’âge.
 
Nous vous présentons ici deux rhums. Un rhum blanc agricole de chez HSE (Habitation Saint-Etienne), le parcellaire 2019 qui est produit en Martinique et le rhum brun Gouverneur 1648, produit lui à Saint Martin.
 
Opus N°2, ce 2019 vient après la première cuvée parcellaire 2016. Pour cette seconde version, l’Habitation Saint-Etienne a utilisé les cannes à sucre des parcelles Verger et Coulon du HSE 2019.
 
Des parcelles plantées en cannes particulièrement aromatiques et authentiques. Le jus est ensuite brassé et réduit pendant deux ans avant sa mise en bouteille.
 
Fleurs blanches, agrumes, voilà un nez qui nous plonge avec intensité dans une ambiance exotique. En bouche, la douceur de l’ananas et de la banane apporte une note pâtissière et gourmande qui se poursuit sur une longueur poivrée et fleurie.
 
Voilà un rhum blanc que l’on prend plaisir à déguster avec un cigare léger. Rhum blanc agricole HSE 2019, 38 euros chez les cavistes
 
Rhum  Gouverneur 1648 XO 10 ans d’âge.

Présenté dans un élégant coffret, le Gouverneur 1648 est un rhum d’assemblage qui associe des rhums en provenance de Guadeloupe, de Marie-Galante et de la République Dominicaine. L’assemblage quant à lui est réalisé à Saint Martin.
 
Des provenances différentes sur le plan de la législation qui expliquent le mélange de rhum agricole venant des domaines français et de rhum de mélasse produit en République Dominicaine.
 
Ce rhum  bénéficie d’un assemblage naturel qui exclut le rajout de sucre et de colorant. Vieilli en fûts de chêne de bourbon et de bordeaux, il dégage un nez boisé et de fruits exotique.
 
En bouche, c’est une rondeur boisée et épicée qui apparaît en exergue pour offrir une finale soyeuse de fruits confits. Vendu chez les cavistes, 83 euros.
 

Joël Chassaing-Cuvillier

Publié le 31/05/2023 à 02:00 | Lu 3003 fois


La rédaction vous conseille
< >