Sommaire
Article publié le 23/04/2019 à 01:00 | Lu 1351 fois

Air intérieur : attention aux polluants

L'air que l'on respire dans son logement peut être de moins bonne qualité que l'air extérieur à cause de polluants spécifiques liés aux appareils de chauffage et de cuisson, au tabagisme, aux produits d'entretien et désodorisants, aux peintures, au vernis et à la colle du mobilier... L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) fait le point.


Les logements comportent des concentrations de différents polluants qui peuvent avoir des conséquences sur la santé, alors que l'on y passe en moyenne 16h par jour.
 
À savoir : le ministère de l'Environnement a élaboré « Un bon air chez moi  », outil qui vous permet de déterminer gratuitement si l'air de votre logement est pollué : vous répondez à quelques questions et vous obtenez un diagnostic ainsi que des recommandations pour améliorer la qualité de votre air intérieur.

Pour privilégier une approche plus scientifique et bénéficier d'un diagnostic précis sur les polluants présents dans votre logement ou votre bureau, vous pouvez également effectuer une analyse à partir de prélèvements d'échantillons de poussières réalisés directement chez vous. Des laboratoires d'analyse spécialisés dans la pollution de l'air intérieur commercialisent en effet des kits de prélèvements simples d'utilisation qui permettent - après analyse - d'établir un diagnostic de la nature et du niveau de pollution présent dans votre environnement immédiat. Ces résultats s'accompagnent d'une série de recommandations vous permettant de prendre des mesures concrètes pour en limiter l'impact sur votre santé et/ou celle de vos proches.

Comment améliorer la qualité de l'air intérieur ?

Favoriser la circulation naturelle de l'air

- Une bonne ventilation de l'habitat apporte de l'air neuf, évacue les odeurs et les polluants, élimine l'humidité (les moisissures sont néfastes pour la santé) et fournit aux appareils à combustion l'oxygène dont ils ont besoin.
 
Pour cela, il faut : aérer quotidiennement 10 minutes le matin et le soir, et plus longtemps pendant le ménage ou les travaux de bricolage ; ne jamais boucher une entrée d'air ou une bouche d'extraction et les nettoyez régulièrement ; veiller à ce qu'il y ait toujours un espace d'environ 2 cm sous les portes intérieures pour permettre à l'air de circuler.
 
Et éviter de fumer dans la maison

Le tabac est la première source de pollution dans l'habitat et favorise, chez le fumeur et son entourage, les maladies cardio-vasculaires et respiratoires.
 
Utiliser les chauffages d'appoint avec précaution

- Ne pas utiliser les chauffages d'appoint au pétrole ou au gaz en continu pour chauffer une chambre ou pour une pièce mal ventilée ;
- Utiliser un combustible de qualité pour les appareils de chauffage au bois (jamais de bois de récupération, souvent traité ou peint) ;
- Procéder régulièrement au ramonage des conduits de fumée.
- Opter pour les produits les moins nocifs pour l'entretien
- Privilégier les logos environnementaux afin de limiter l'émission de composés organiques volatils (COV) et de polluants (l'Écolabel Européen, par exemple) ;
- Ne jamais mélanger les produits ;
- Éviter l'usage de désinfectants ;
- Privilégier le nettoyage à la vapeur ;
- Éviter de vaporiser les produits en spray ;
- Ranger les produits dans une pièce ventilée.
- Éviter l'usage des produits odorants
 
Les désodorisants chimiques, l'encens, les bougies parfumées, les produits contenant des substances naturelles (huiles essentielles, par exemple) émettent également des polluants. Pour chasser les mauvaises odeurs, il est préférable d'aérer les pièces.
 
À savoir : l'efficacité des plantes dépolluantes n'est pas validée scientifiquement.

Source






Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Septembre 2019 - 02:51 Un nouveau béguinage à Paray-le-Monial