Sommaire
Article publié le 25/06/2019 à 04:08 | Lu 2811 fois

Agroalimentaire : les seniors, une cible prometteuse mais variée

Les seniors constituent une cible de choix sur le marché de l’agroalimentaire et de la nutrition qui restera, dans son ensemble, bien orienté à l’horizon 2022. Le vieillissement de la population et l’importance reconnue de l’alimentation dans le « bien vieillir » sont à l’évidence de véritables moteurs. Etude de Xerfi-Precepta.


D’ailleurs, les ventes en valeur de produits de nutrition devraient progresser de 3,5% par an à l’horizon 2022 pour atteindre 377 millions d’euros, d’après les experts de Xerfi Precepta.

Toutefois, précisent ces experts, si les problèmes de déshydratation ou encore les troubles de la mastication et de la déglutition ont été résolus par les acteurs de la restauration collective et de la nutrition clinique, le potentiel de l’alimentation seniors (plus grand public) apparaît encore largement sous-exploité par la grande distribution.
 
De fait, il semblerait que les géants de l’agroalimentaire aient du mal à tirer parti de cette cible marketing, certes complexe. En effet, il convient de rappeler que les seniors constituent une population plurielle (générationnelle, âge -de 50 à 100 ans- ou état de santé, sociologie), sensible à la stigmatisation mais ouverte aux nouvelles tendances comme le bio ou le végétal.
 
Résultat et sans trop de surprise, les jeunes seniors sont peu enclins à consommer les produits spécifiques qui leur sont destinés. Ceci n’est d’ailleurs pas nouveau ! Il ne faut surtout pas leur proposer de produits stigmatisants.
 
Dans ce contexte, les industriels ont adopté deux démarches différentes. La première consiste à développer des produits spécifiques mais exclusivement en lien avec une forte dimension santé à l’intention d’une cible fragilisée. C’est le cas de Nestlé, Danone ou Nutrisens qui proposent des produits grand public et destinés aux professionnels via des structures dédiées à la restauration hors foyer et à la nutrition médicale.
 
La seconde privilégie une approche plus globale basée sur l’extension de marques vers le bio et les alternatives végétales à l’image de Candia, Saint Hubert ou Nutrition & Santé. En clair, les industriels activent les leviers de conquête du mass market pour séduire les seniors, en particulier les jeunes retraités. De telles stratégies permettent par ailleurs de mutualiser et de massifier des coûts de développement, de marketing et de communication.
   
Mais les industriels de l’agroalimentaire ne sont pas les seuls à s’intéresser à l’alimentation des personnes âgées. C’est également le cas des entreprises de services, à commencer par les spécialistes de la restauration collective comme Elior ou Sodexo qui investissent massivement le marché des établissements de santé.
 
Outre leur offre spécifique pour cette clientèle, ils s’adressent également aux gestionnaires d’établissements, en attente de solutions personnalisées (aide à la constitution des menus, formation du personnel, etc.).
 
Sur le marché de la nutrition clinique s’affrontent des géants de l’agroalimentaire comme Danone ou Nestlé et de la santé comme Abbott et Fresenius jusqu’ici peu contestés. Mais la bataille concurrentielle pourrait bien monter d’un cran.

Déjà, le conglomérat britannique Reckitt Benckiser (produits d’entretien et médicaments) a mis la main en 2017 sur Mead Johnson, spécialisé dans la nutrition pour enfants. Nutrisens poursuit, lui, une stratégie de build-up dans la nutrition santé. Quant aux start-ups tricolores, comme Effinov ou Citrage, elles tentent de se faire une place sur le marché avec des produits innovants (lutte contre l’hypersensibilité à la douleur, la sarcopénie, l’obésité…).
 
Les géants de l’agroalimentaire n’ont pas dit leur dernier mot. La nutrition médicale s’inscrit désormais au cœur du projet stratégique de Danone tandis que Nestlé poursuit sa stratégie d’intégration totale autour du concept de « thérapies nutritionnelles ». En somme, les grandes manœuvres ont commencé dans la nutrition clinique pour seniors.                                
 
Etude Xerfi Precepta : « Le marché de l’alimentation senior - Analyse de la demande, des initiatives des acteurs et des perspectives des segments à l’horizon 2022 » par Rémi Vicente.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Novembre 2019 - 01:00 Le Nutri-Score : un étiquetage pour mieux manger