Sommaire
Article publié le 16/07/2021 à 01:00 | Lu 1452 fois

Adept : vers un nouveau traitement de l'arthrose des mains




La Fondation Apicil (contre la douleur) présente Adept, un essai clinique coordonné par le Pr Jérémie Sellam (service de rhumatologie de l’Hôpital Saint-Antoine, AP-HP, Paris) qui se base sur une expérience de traitement innovant permettant de répondre aux besoins des patients atteints d’arthrose
aux mains (également appelée arthrose digitale) afin de traiter les conséquences douloureuses et handicapantes de cette pathologie. Explications.


Adept : vers un nouveau traitement de l'arthrose des mains
Parmi les localisations d’arthrose, celle des mains touche les articulations des doigts et représente la deuxième localisation d’arthrose la plus fréquente après le genou ; avec une incidence de 4 à 10% dans la population générale de plus de 50 ans.
 
On le sait, certains médicaments (capsaïcine topique ou chondroïtine sulfate) ne sont pas ou plus remboursées en France en raison de leur faible niveau de preuve d’efficacité. Il n’y a donc à ce jour
aucune perspective de nouveaux traitements de l’arthrose digitale et particulièrement de l’arthrose digitale érosive.
 
Dans l’arthrose digitale, on identifie l’arthrose dite érosive qui se caractérise par plus de douleur, plus de gêne fonctionnelle, plus d’inflammation et plus de destruction articulaire. C’est d’ailleurs pour cette forme la plus sévère d’arthrose des mains que de nouveaux traitements sont attendus…
 
Il faut savoir que les essais cliniques médicamenteux réalisés ces dernières années se sont avérés négatifs (anti-TNF, hydroxychloroquine, tocilizumab, colchicine, anti-IL1, méthotrexate). Dans ce contexte, il faut trouver d’autres solutions.
 
A ce titre, la stimulation du nerf vague par voie auriculaire transcutanée s’avère être une approche originale antalgique et anti-inflammatoire non médicamenteuse ayant donné des résultats encourageants dans plusieurs affections (migraine, épilepsie, dépression).
 
Le nerf vague appartient au système nerveux autonome. Il régule certaines fonctions de l’organisme (pression artérielle et motricité digestive). De manière intéressante, le nerf vague, qui interagit aussi avec le système immunitaire et certaines zones du cerveau, a des propriétés anti-inflammatoires et antalgiques.
 
De tels effets peuvent être obtenus en stimulant le nerf vague. Jusqu’à récemment, on le stimulait au niveau de son passage dans le cou à l’aide d’un dispositif implantable nécessitant un geste neurochirurgical. Cependant, le caractère invasif de la stimulation a limité le développement d’une telle approche…
 
Pourtant, il existe un moyen plus simple, facilement accessible et bien toléré puisqu’il faut stimuler le nerf vague à l’oreille gauche au niveau d’une zone appelée cymba conchae qui contient des fibres nerveuses du nerf vague.
 
Il s’agit de la stimulation auriculaire de la voie transcutanée du nerf vague (tVNS). Dans la pratique, il s’agit d’un dispositif de neurostimulation électrique comprenant un petit boitier délivrant un signal électrique de faible intensité est relié à une électrode auriculaire qui peut stimuler efficacement le nerf vague de l’oreille.
 
« La stimulation du nerf vague par voie auriculaire transcutanée est une approche originale antalgique et anti-inflammatoire ayant donné des résultats encourageants dans plusieurs affections telles que les migraines, les épilepsies ou encore les dépressions. De nombreux essais cliniques de tVNS auriculaire sont encore en cours » indique le Pr Jérémie Sellam, service de rhumatologie et professeur des Universités à l’Hôpital Saint-Antoine.

La suite du projet Adept, l’essai Estival, vient de débuter et constitue l’étape suivante pour déterminer si la tVNS peut être un nouveau traitement de l’arthrose.