Sommaire
Article publié le 17/12/2020 à 09:44 | Lu 2729 fois

Villes Amies des Ainés : Le corps de la Ville, l'un des 8 lauréats 2020




Alors que la remise des prix s'est déroulée le 1er décembre dernier à l'occasion des 8èmes Rencontres du Réseau Francophone des Villes Amies des Aînés (édition 100% digitale), voici la présentation de l’un des huit lauréats de 2020 : Le corps de la Ville de la ville de Fouras-les-Bains en Charente-Maritime.


Le CCAS de la ville de Fouras met à l'honneur les aînés au sein d'un patrimoine remarquable en initiant un projet de renforcement de lien social par la culture et l'intergénérationnel, mêlant expression corporelle et vidéo.  
 
Pour ce faire, un court-métrage a été réalisé, démontant les stéréotypes sur les seniors et amenant ces derniers à refaire lien avec eux-mêmes et les autres. Ce projet ayant eu lieu de mars 2019 à décembre 2019 a été projeté devant une quarantaine de personnes.
 
Le réalisateur qui a été retenu réalise des courts-métrages mêlant cinéma et danse s'inscrivant dans une web-série documentaire dansée intitulée "Le Corps de la ville". Chaque film est le reflet du territoire et possède sa propre écriture car réalisé en partenariat avec les habitants et des structures locales.
 
La ville de Fouras compte 4.100 habitants environ dont la moitié est âgée de plus de 60 ans. Il paraissait donc naturel d'aller au-devant de cette partie des Fourasins et démontrer que les plus de 60 ans font partie intégrante de la société.
 
Pour atteindre les objectifs fixés, le projet devait être intergénérationnel et s'inscrire dans une action globale et de sensibilisation de la population sur la déconstruction des stéréotypes sur le grand âge.
 
C'est pourquoi le CCAS, en partenariat avec le Cinéma de Fouras, a organisé le 28 mars 2019 une première projection du travail de Nicolas Habas pour "recruter" des habitants volontaires de tout âge et montrer les potentialités des aînés avec la danse et l'art cinématographique.
 
Un programme d'une dizaine de films a été projeté à une quarantaine de spectateurs dont deux films réalisés avec des seniors quelques années auparavant dans d'autres villes.
 
Pour certains, les douleurs, notamment pour se mouvoir, ont temporairement disparus pendant les ateliers. Les trois derniers jours de la résidence artistique ont été consacrés au tournage du film en extérieur, sur l'espace public.
 
Là encore, ces moments, parfois contraignants du fait de la répétition des prises de vues et des temps
d'attente, ont été l'occasion pour les seniors de montrer leur capacité d'adaptation et de créativité. Le tournage terminé, il restait au réalisateur à procéder au montage du film ainsi qu'à l'ajout d'une œuvre musicale.
 
Le 16 décembre 2019, le film réalisé avec les habitants a été projeté au cinéma de Fouras à la fin d'un programme de projection de films du réalisateur tous co-construits avec des habitants. Le coût global du projet s’est élevé à 16 732,12 euros financé en majorité par le CCAS et la Conférence des financeurs de la Charente-Maritime.
 
L'initiative a été possible grâce à la mobilisation de nombreux acteurs, comme les deux agents du CCAS de Fouras qui ont pris en charge toute l'organisation administrative, la recherche de financements, l'accueil du réalisateur et de la danseuse, la logistique lors des atelier.
 
La ville de Fouras a, quant à elle, relayé de l’information, participé à la communication, mis à disposition une salle communale, la résidence de la Presqu'île qui a accueilli des ateliers d'expression
corporelle.
 
Le projet de Fouras tend à démontrer, à prouver que les seniors, de 60 à 95 ans, sont de véritables acteurs dans le champ artistique. Le projet, parce que conduit par des professionnels (CCAS, réalisateur, danseuse, accompagnants), a permis aux participants d'avoir une meilleure conscience d'eux-mêmes, de leur corps, de révéler leur potentiel artistique et émotionnel.
 
Les échanges ont été mutuels : la jeune fille qui danse dans le film a également beaucoup appris auprès
des participants plus âgés, elle a du réinterroger sa manière de danser avec ce public particulier. Ils sont mis en lumière, visibles au sein de l'espace public qui majoritairement est occupé par la jeunesse. Ce film valorise leur contribution au temps de la ville de manière poétique.
 
L’action n'avait pas vocation a priori à être reconduite. Toutefois, dans la continuité des objectifs de
déconstruction de l'image des seniors, des actions de sensibilisation sont prévues, notamment l'accueil
d'une projection de films réalisés par Oldyssey.
 
Suite au tournage et à la projection du film, la danseuse chorégraphe a été invitée à intervenir en janvier 2020 au sein de l'EHPAD la Résidence de la Presqu'île pour des ateliers d'expression corporelle avec les résidents au regard des bénéfices importants enregistrés lors de cette expérience.
 
D'autres actions pourraient être envisagées dans ce travail intergénérationnel et de déconstruction des stéréotypes sur l'âgisme.