Sommaire
Article publié le 27/03/2018 à 11:26 | Lu 1317 fois

Un plaidoyer pour une réponse adaptée aux besoins des personnes vieillissantes au domicile

La FNAAFP/CSF travaille depuis plusieurs mois à l’élaboration d'un plaidoyer portant sur « une réponse adaptée aux besoins des personnes vieillissantes ». Ce travail a également pour ambition de nourrir la réflexion engagée par Agnès Buzyn dans le cadre de l'élaboration d'une feuille de route pour l'accompagnement du vieillissement et de la perte d'autonomie. Il a aussi vocation à alimenter le nécessaire débat public sur ces questions.


Photo by Val Vesa on Unsplash
Le vieillissement de la population est une réalité que chacun aujourd’hui appréhende. Mais notre société est-elle prête à faire face aux conséquences de cette dernière ? Rien n’est moins sûr, et ce, pour plusieurs raisons…
 
D’abord parce que la personne âgée incarne « les deux innommables de la modernité : le vieillissement et la mort » (D. Le Breton, in Reinhardt et Bouisson) que nous avons beaucoup de mal à regarder en face.
 
Ensuite, parce qu’il s’agit d’un vrai choix de société qui n’a pas été fait dans notre pays. Nous nous sommes contentés jusqu’ici d’un traitement social du vieillissement en apportant aides et dispositifs divers, mais sans réponse globale aux besoins des personnes.
 
C’est enjeu est incontournable dans un contexte démographique qui va voir le nombre de personnes âgées croître de manière forte dans les années à venir. Saurons-nous y répondre collectivement ? Mais c’est aussi une chance car cette augmentation génère des richesses sur le plan économique et des emplois. Saurons-nous saisir cette opportunité ?
 
Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé a ouvert récemment un cycle de rencontres sur le thème de la prise en charge des personnes âgées afin de nourrir la future feuille de route relative à l’accompagnement du vieillissement et la prévention de l’autonomie de la personne âgée qui sera présentée par la ministre d’ici la fin du mois de mars.
 
La FNAAFP/CSF travaille depuis de nombreux mois sur la question de l’accompagnement du vieillissement. La question du soutien et de l’accompagnement à domicile est, dans ce domaine, une question centrale car plus de 80% des personnes régulièrement interrogées déclarent souhaiter vieillir à domicile.
 
Plus concrètement, ce plaidoyer s’articule autour de trois grands axes :
- La réponse aux besoins de personnes : c’est autour des besoins et des attentes des personnes âgées que doit se construire une réponse globale aux questions du vieillissement.
- La compensation de la perte d’autonomie doit être la règle, à l’instar de ce qui fait dans des pays de l’Europe du Nord, et comme c’est le cas en France pour les personnes en situation de handicap avec la loi du 11 février 2005.
- La solidarité nationale : elle doit financer, sur la base d’un cinquième risque de sécurité sociale, une politique ambitieuse sur les questions du vieillissement.
 
Au-delà de ces trois grands axes, d’autres questions doivent être traitées :
- l’évaluation des besoins des personnes âgées qui doit être multidimensionnelle et basée sur les atouts et les besoins des personnes et non sur une simple évaluation de la dépendance comme c’est le cas actuellement avec la grille Aggir.
- Le soutien, l’accompagnement et la reconnaissance du rôle des aidants en permettant que ces derniers ne soient pas pénalisés financièrement ou au niveau de la retraite quand ils s’investissent auprès de leurs proches.
- La coordination interne et externe des différents intervenants pour éviter les ruptures de parcours.
- Le soutien aux services qui interviennent au domicile auprès des publics fragiles en sortant du système de tarification horaire actuel pour aller vers un système de financement au poste à l’instar des autres travailleurs sociaux.
- La question des conditions de travail et de rémunération des personnels car comment construire une politique de maintien à domicile sur des bases aussi maltraitantes pour les personnels et pour nos services ?
 
La FNAAFP/CSF (Fédération de l'aide à domicile) va continuer à alimenter le débat avec ses propositions dans les prochains mois, au service d’une politique résolument tournée vers la satisfaction des besoins des personnes vieillissantes. Affaire à suivre.