Sommaire
Article publié le 20/07/2021 à 01:00 | Lu 2545 fois

Un million de conducteurs roulent avec une vue insuffisamment corrigée




Cet été, plus de la moitié -53%- des Français prévoient de prendre la route pour rejoindre leur lieu de villégiature. Un mode de déplacement pratique certes, mais qui nécessite de redoubler de vigilance. Une vigilance qui passe avant tout par une bonne acuité visuelle afin d'assurer la sécurité des passagers et celle des usagers de la route. On se souvient du fameux slogan de la Sécurité routière… Au volant, la vue c’est la vie !


DR
En France, l'AsnaV estime qu’un conducteur sur cinq, soit huit millions de personnes, est atteint d’un trouble de la vue non ou mal corrigé tandis que près d'un million d'entre eux roulent avec une acuité des deux yeux inférieure à 5/10èmes !
 
De plus, selon le Syndicat National des Ophtalmologistes Français, 20% des responsables d'accidents de la circulation auraient une déficience visuelle… En effet, toujours selon l'AsnaV, une très large majorité (plus de 90%) des décisions provient de la vue et pourtant, encore 22% des conducteurs ne mettent jamais leurs lunettes au volant.
 
Dans ce contexte de départ en vacances, mais d’une manière générale, il convient de rappeler les bons gestes à adopter au volant pour rouler en toute sérénité et sécurité. Tout d'abord, le conducteur se doit de faire tester sa vue régulièrement.
 
A ce titre, il faut compter une visite chez son ophtalmo tous les trois ans à partir de 40 ans. Cela est plus que vivement conseillée car personne n'est à l'abri d'un problème de vue (qui parfois n’est pas détecté).
 
Par ailleurs, précisons qu’en ce qui concerne la législation, le code de la route requiert 5/10ème d'acuité minimum avec les deux yeux. Ainsi, si un œil a une acuité visuelle inférieure à 1/10ème, l'autre doit avoir au moins 6/10ème. Dans l'idéal, et pour avoir 10/10 à chaque œil, il est conseillé de porter systématiquement ses lunettes. Cela semble être une évidence, mais bon…
 
Côté conducteur, la vision périphérique est la plus sollicitée en voiture ; cette dernière permet de regarder droit devant soi tout en surveillant ce qui se passe sur les côtés. Autre point fondamental : l'automobiliste doit rester concentré et conserver ses yeux en mouvement et ne doit pas se laisser distraire par des informations non pertinentes.
 
Si la conduite de jour représente moins de risques pour les usagers de la route ; de nuit, la tâche s'avère être un peu plus délicate. Rappelons que la nuit représente seulement 10% du trafic mais qu’elle concentre 40% des accidents !
 
Bien évidemment, la conduite de nuit mobilise plus que jamais le sens de la vue chez le conducteur : atténuation des contrastes, diminution du champ visuel, perturbation du sens du relief et éblouissement dus aux phares de voitures.
 
« Afin d'atténuer ces inconvénients, il est préférable de privilégier des verres antireflets qui limiteront l'éblouissement des phares et lampadaires ou des verres de conduite qui améliorent le contraste et reposent les yeux. » précise Patrice Camacho Secrétaire Général en charge de la Santé chez Krys Group.
 
Enfin, pour la sécurité de tous, avant de prendre la route, il est important de bien nettoyer ses lunettes et les surfaces vitrées du véhicule à l'intérieur comme à l'extérieur pour une vision optimale. Sur ce, bonne route.




Dans la même rubrique
< >

Jeudi 25 Novembre 2021 - 01:00 La Vitesse s'expose à Compiègne