Sommaire
Article publié le 09/09/2020 à 01:00 | Lu 771 fois

Remember me : entretien avec l'acteur Bruce Dern




Le dernier film de Martin Rosete, Remember me, avec Bruce Dern et Caroline Silhol, sort sur les écrans le 9 septembre 2020. L’histoire ? Celle d’un septuagénaire qui apprend que l’amour de sa vie vient d’être admise dans une maison spécialisée dans le traitement d’Alzheimer. Entretien avec l’acteur principal.


Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce projet ?
J’ai eu envie de faire partie de ce projet car il y a de la magie dans cette histoire d’amour. La raison pour laquelle j’aime tant cette histoire est que chacun de nous conserve au plus profond de sa mémoire un souvenir particulier, un évènement fort qui s’est transformé en regret et qu’on voudrait faire revivre d’une manière différente.
 
J’ai été intrigué par cela. J’ai aussi été intrigué par le fait que Claude pressente qu’il puisse réveiller la mémoire de Lily. C’est quelque chose qui bouleverse toujours les gens quand j’en parle.
 
Sur Martín Rosete
Je l’aime vraiment beaucoup. Jack Nicholson a souvent dit durant sa carrière que l’acteur avait besoin d’être dirigé pour pouvoir transcrire des choses dont personne ne saura jamais comment c’est arrivé sur l’écran.
 
Nous avons besoin d’une mise en scène solide pour être cohérents, savoir si l’on en fait trop… si on
peut découvrir une nouvelle façon de faire un geste aussi simple comme boire un verre d’eau par exemple. C’est cela que j’aime chez Martín. Savoir ce qu’il veut, Martín a ce don.
 
Est-ce difficile de travailler dans un pays étranger ?
J’aime lorsque les membres de l’équipe deviennent une famille. Cette équipe était si bien organisée ! Je dois dire qu’ils ont beaucoup aidé l’acteur que je suis. Ils ont fait tout leur possible pour moi. Aux États-Unis, en Angleterre c’est très loin d’être le cas.
 
Mais ici, en Espagne, il y a un profond sens de l’accueil. Chaque jour, en me rendant sur le plateau, je me suis senti le bienvenu. Ils regardent les scènes pas seulement d’un point de vue technique. Ça m’a stupéfié. Un jour quand ils m’ont vu pleurer dans une scène, ils m’ont applaudi. Sur un plateau de cinéma. Jésus Christ ! Cela n’arrive jamais chez nous.
 
Un conseil pour un jeune acteur ?
Je suis devenu acteur pour une raison : comprendre ce qui motive notre comportement en toutes circonstances, particulièrement en temps de stress. J’ai cherché la réponse tout au long de ma carrière.
 
Le comportement ! Ma fille Laura Dern m’a demandé des conseils à ses débuts et je lui ai répondu : « N’aie peur de rien, ose, danse devant la caméra. ». « Je vais être ridicule » a- t-elle dit. Je lui ai répondu : « Pas grave, oublie ! ». La plus grande crainte de l’acteur est de ne pas oser devant
la caméra. Vous devez l’oublier et ensuite, prendre des risques.
 
Un dernier mot ?
Ce film a des points communs avec Nebraska. Nous connaissons tous des cas semblables parmi nos proches et la décision la plus affreuse est de mettre une personne présentant ce genre de symptômes en institution quand celle-ci ne veut pas y aller, car sa maison c’est son univers. L’unique raison pour laquelle on souhaite que la personne s’en aille est qu’elle est sur notre chemin et qu’elle gêne.
 
L’histoire :
Claude est septuagénaire, veuf et critique de cinéma et théâtre. Il apprend que l’amour de sa vie, Lily, célèbre actrice française, a été admise dans une maison spécialisée dans le traitement d’Alzheimer en Californie. Il ne l’a pas vue depuis 30 ans. Avec la complicité de son vieil ami Shane il se fait admettre dans le même service que Lily. Il a conçu le projet fou de lui faire retrouver la mémoire grâce à sa présence, son amour intact et leurs souvenirs.