Sommaire
Article publié le 22/02/2021 à 10:32 | Lu 3183 fois

Quels automatismes pour améliorer l'accessibilité de votre logement ?




Vieillir chez soi demeure le souhait de la grande majorité des Français. Toutefois, lorsque l’on avance en âge, l’état de santé est susceptible d’entraîner une perte d’autonomie. Afin de continuer à profiter pleinement de son indépendance et à circuler en toute sécurité, il est souvent nécessaire d’adapter son logement. Découvrez trois solutions pour faciliter votre mobilité au quotidien et vieillir sereinement.


Des équipements dédiés à la mobilité des PMR

Pour bien vieillir, il est essentiel de préserver son autonomie le plus longtemps possible afin de profiter pleinement de son logement. Or, l’avancée en âge est parfois accompagnée de problèmes de santé et de difficultés motrices.
 
La problématique des chutes impacte chaque année près de 400.000 personnes âgées, et grimper des marches peut vite devenir fastidieux, voire dangereux. Afin de sécuriser vos déplacements et de vous assurer une mobilité optimale, plusieurs solutions existent.
 
Le monte-escalier
Composé d’un rail et d’un fauteuil électrique, le monte-escalier permet de déplacer une personne à mobilité réduire (PMR) le long d’un escalier droit ou tournant ou encore de gravir les marches du perron extérieur de son domicile en toute sécurité. Équipement idéal pour améliorer l’accessibilité d’une maison à étage, ce dispositif a vocation à soutenir le maintien à domicile et à prévenir les chutes.
 
Destiné aux seniors en perte d’autonomie, le système est soumis à des normes de sécurité sévères et peut être installé sur plusieurs étages.
 
Découvrir le monte-escalier par Bonjoursenior.fr
 
La plateforme élévatrice
Dédiée au handicap, la plateforme élévatrice oblique possède un fonctionnement similaire à celui d’un monte-escalier classique. Toutefois, le rail accueille dans ce cas, non pas un fauteuil, mais une plateforme permettant de déplacer un fauteuil roulant. Équipé de bras de sécurité, pouvant supporter 300 kg en moyenne, cet automatisme s’adapte à la configuration de votre cage d’escalier.
 
L’ascenseur particulier
Solution permettant d’allier l’utile à l’agréable, l’élévateur privatif ou mini-ascenseur est spécifiquement pensé pour l’usage des particuliers.

En fonction des caractéristiques de votre habitat, deux types de structure peuvent être implantées : l’ascenseur à gaine, qui assure la circulation de la cabine dans une gaine maçonnée prenant appui contre un mur porteur, ou l’ascenseur autoportant, qui circule dans une cabine métallique sans appui sur un mur porteur.
 
Soumis à des normes moins strictes que les ascenseurs implantés dans les bâtiments publics, cet équipement est capable d’accueillir plusieurs personnes ou, le cas échéant, une personne en fauteuil roulant et son accompagnant. Sa capacité de charge varie toutefois en fonction du dispositif choisi et oscille généralement entre 200 et 500 kg.

Quelles aides pour financer ces équipements ?

Le crédit d’impôt et la TVA réduite
Que vous soyez locataire ou propriétaire, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt de 25 % et d’une TVA réduite à 5,5 % pour améliorer l’accessibilité de votre domicile avec l’installation d’un monte-escalier, d’une plateforme élévatrice ou d’un ascenseur de maison. On note toutefois que le montant du crédit d’impôt pris en charge est plafonné à 5 000 € pour une personne seule et à 10 000 € dans le cas d’un couple et ce, pour cinq années consécutives.

Bon à savoir : les personnes non imposables bénéficient d’un remboursement de ce crédit d’impôt sous forme de chèque ou de virement du Trésor public.
 
L’APA
L’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) a vocation à soutenir le maintien à domicile des personnes âgées de plus de 60 ans en perte d’autonomie. Son montant varie en fonction du niveau de dépendance du bénéficiaire défini par l’équipe d’évaluation du conseil départemental grâce à la grille AGGIR.

Cet outil permet de mesurer la capacité d’une personne à réaliser les tâches essentielles du quotidien et à définir son niveau de GIR (Groupe Iso Ressource) sur une échelle de 1 à 6. Visant à financer des aides techniques, humaines ou un hébergement en structure spécialisé, l’APA permet de prendre en charge les projets d’adaptation et de sécurisation du domicile.
 
La PCH
Réservées aux personnes handicapées, la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) participe aux dépenses permettant d’améliorer l’accessibilité d’un logement. Cette prestation est délivrée par les Maisons Départementales des Personnes Handicapée (MDPH).
 
Les aides des caisses de retraite
Très souvent sous-utilisées par manque d’information, les aides des caisses de retraite, qu’il s’agisse du régime de base ou du régime complémentaire, offrent, sous certaines conditions, une prise en charge des solutions permettant d’adapter son logement au vieillissement ou au handicap. Il est recommandé de contacter les caisses dont on dépend afin d’être informé sur les critères et démarches spécifiques permettant de bénéficier de ce type d’accompagnement.
 
L’Anah
L’Agence nationale de l’habitat propose, sous conditions de ressources, la prise en charge de 35 à 50 % des travaux d’accessibilité des logements de plus de quinze ans du parc privé.