Sommaire
Article publié le 20/08/2018 à 01:00 | Lu 2180 fois

Puy-de-Dôme : Mathéo, neuf ans, sauve sa grand-mère de la noyade

L’AVC peut surprendre n’importe où n’importe quand. Le 6 aout dernier dans le Puy-de-Dôme, le jeune Mathéo, 9 ans, a sauvé sa grand-mère de 65 ans de la noyade dans sa piscine alors qu’elle venait de faire un accident vasculaire cérébral indique un article du quotidien régional La Montagne.


Pour de très nombreux Français, l’accident vasculaire cérébral, l’AVC, est une réalité : selon un sondage de la Fondation sur la recherche contre les AVC, plus du tiers d’entre eux (34%) en ont été eux-mêmes victimes ou ont été confrontés via l’un de leurs proches (34%) à ce problème de santé qui peut avoir des conséquences dramatiques, voire fatales.
 
Le 6 aout dernier, Mireille, une mamie de 65 ans jouait dans sa piscine avec son petit-fils, Mathéo. Ce qui devait s’annoncer comme une journée de vacances comme les autres aurait pu tourner au drame si le petit garçon de neuf ans n’avait pas eu un sang-froid admirable.
 
En effet, la mamie a commencé à agir bizarrement et à se sentir mal en plein milieu du bassin. Au départ, le jeune garçon a cru qu’elle lui faisait une blague, mais il s’est vite aperçu que sa grand-mère avait les yeux presque fermés et que sa bouche été déformée. Des symptômes de l’AVC.
 
Prenant son courage à deux mains du haut de ses trente kilos, il est parvenu à sortir Mireille de la piscine et lui a très probablement évité une mort par noyade ! Il place alors le corps de sa mamie sur les marches de la piscine pour appeler sa mère, mais sa grand-mère reglisse dans l’eau. Il doit aller la récupérer une seconde fois.
 
Heureusement, les secours sont arrivés à temps pour prendre en charge Mireille qui est finalement rentrée chez elle sans séquelle après une semaine d’hospitalisation ! Rappelons qu’en cas d’AVC, il faut très vite réagir. C’est un cas d’urgence absolue : la vie de la personne concernée peut se trouver en danger et une prise en charge rapide permet de limiter les dégâts.
 
Pour information, l’AVC est en France en 2017, la seconde cause de mortalité de l’adulte, responsable d’un décès sur dix. On considère qu’un AVC survient toutes les quatre minutes, laissant de nombreux patients lourdement handicapés. Il reste aussi la principale cause de démence, après la maladie d’Alzheimer…





Dans la même rubrique :
< >