Sommaire
Article publié le 19/12/2017 à 02:22 | Lu 1283 fois

Prise en charge des personnes atteintes de troubles cognitifs en CHL

La Fondation Médéric Alzheimer a réalisé avec ses partenaires* une enquête nationale auprès des centres hospitaliers locaux (CHL) qui vise à améliorer la connaissance des spécificités de ces établissements qui jouent un rôle structurant sur leur territoire et constituent des lieux de décloisonnement à la fois entre le sanitaire et le médico-social, et entre la médecine hospitalière et la médecine de ville.


Prise en charge des personnes atteintes de troubles cognitifs en CHL
Au nombre de 287 en France en 2016, ces petits établissements ont pour particularités d’assurer une offre de soins de proximité, de recruter une forte proportion de personnes âgées et de recourir à des médecins généralistes libéraux. Ils comportent presque tous un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.
 
A travers le prisme de la prise en charge des personnes atteintes de troubles cognitifs, cette enquête illustre la double mission d’offre de soins de premier recours et de relais des établissements dotés de plateaux techniques exercée par les centres hospitaliers locaux.
 
Elle montre également que ces établissements ont, dans la limite de leurs moyens, adapté leurs équipements, leurs ressources humaines et leurs pratiques à l’accueil d’une patientèle âgée avec une fréquence importante de troubles cognitifs.
 
Au quotidien, les centres hospitaliers locaux sont confrontés aux difficultés habituelles de prise en charge de cette population et aux contraintes liées à des modes de financements peu adaptés à leurs spécificités.
 
Les principaux résultats de l'enquête :
• Les CHL représentent 5% des lits d'hospitalisation et un tiers des places d'hébergement pour personnes âgées des établissements publics de santé ;
• un gros tiers -37%- des personnes hospitalisées dans les CHL présentent des troubles cognitifs ;
• La majorité -89%- des CHL citent la perte d'autonomie comme motif fréquent d'hospitalisation des personnes atteintes de troubles cognitifs et 84% l'altération de l'état de santé de la personne ;
• Plus de la moitié (52%) des personnes atteintes de troubles cognitifs retournent à domicile à l’issue de l’hospitalisation et 43% sont admises dans un établissement d’hébergement ;
• Avec les personnes atteintes de troubles cognitifs, 85% des CHL sont fréquemment confrontés aux délais d’attente pour les admissions en établissement d’hébergement, 79% aux perturbations liées aux troubles cognitifs et plus des deux-tiers (69%) aux difficultés d’organisation du retour à domicile ;
• 82% des CHL ressentent fréquemment le besoin d’adapter leur effectif aux pathologies rencontrées et 72% d’avoir un mode de financement moins contraignant par rapport à la durée de l’hospitalisation ;
• La quasi -totalité (98%) des CHL citent parmi leurs principaux atouts la proximité avec les familles, 77% les liens ville-hôpital créés par la présence de médecins généralistes libéraux et/ou celle d’un service de soins infirmiers à domicile dépendant de l’hôpital.
 
*en partenariat avec la Fédération hospitalière de France, l'Association nationale des centres hospitaliers locaux et l'Association des médecins généralistes d'hôpital local.






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 02:29 Grande enquête sur la mobilité des seniors