Sommaire
Article publié le 10/10/2018 à 03:59 | Lu 608 fois

Près de deux mois d'attente pour un rdv chez l'ophtalmo

On nous répète à l’envi qu’il faut absolument faire vérifier sa vue régulièrement afin d’éviter les problèmes, mais d’un autre côté, selon une récente étude de la DREES, il faut compter 52 jours d’attente pour avoir un rendez-vous chez l’ophtalmo !


Dans un monde qui vieillit, de plus en plus de personnes sont atteintes de problèmes de vision. Et ce phénomène va aller en s’accentuant dans les années à venir avec l’avancée en âge des populations dans le monde.
 
Il faut savoir qu’actuellement, on compte d’ores et déjà 1,2 million de Français atteints de DMLA, la fameuse et si redouté Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age. Sans oublier la cataracte qui touche…
 
Dans ce contexte et on le comprend, le gouvernement et les associations mettent régulièrement en avant, l’importance de détecter ces problèmes de santé oculaires bien à l’avance afin d’éviter qu’ils ne progressent… Oui, mais faut-il encore pouvoir prendre rendez-vous avec un ophtalmo !
 
En effet, selon une nouvelle étude de la DREES (ministère de la Santé), pour certaines spécialités médicales, les délais d’attente sont proches de deux mois (52 jours). S’il faut deux jours pour un rdv chez le généraliste, ce n’est pas le même son de cloche chez l’ophtalmo, le dermato, le cardio, le gynéco et le rhumato.
 
« Toutefois, précise le communiqué de la DREES, les délais sont bien moindres, quel que soit le professionnel contacté, lorsque la demande de rendez-vous est liée à l’apparition ou à l’aggravation de symptômes ». Soit.
 
Par ailleurs, il convient de souligner que toutes les régions françaises ne sont pas « égales » en la matière… De fait, les temps d’attente sont plus longs dans les communes où l’accessibilité géographique aux professionnels de santé est faible, dans les campagnes et dans certaines zones considérées comme des déserts médicaux.
 
Et la DRESS de conclure que « les délais sont jugés corrects ou rapides pour huit demandes de rendez-vous sur dix, sauf dans les spécialités médicales pour lesquelles ils sont les plus longs ». Certes. Et d’ajouter que « la quasi-totalité des prises de contact se concrétisent par l’obtention d’un rendez-vous. Toutefois, les personnes qui ne réussissent pas à en obtenir un, cherchent en majorité à contacter un autre professionnel. Elles se reportent assez peu vers les urgences hospitalières ».