Sommaire
Article publié le 15/10/2018 à 01:00 | Lu 1300 fois

Pourquoi les seniors ressentent-ils le besoin d'écrire ?

« Je fus tiré de mes réflexions par le gazouillement d'une grive perchée sur la plus haute branche d'un bouleau. A l'instant, ce son magique fit reparaître à mes yeux le domaine paternel. » Reconnaissez-vous ces lignes ? C’est évidemment l’épisode du chant de la grive, passage clef des « Mémoires d’Outre-Tombe » de Chateaubriand.


Il explique comment le chant d’une grive lui rappelle son enfance et déclenche en lui une soudaine envie d’écrire et de raconter son histoire. L’Homme, par sa nature, possède ce besoin de transmettre, de laisser une trace. Si le récit oral est essentiel pour le lien social, ce besoin de transmettre peut se faire par l’écriture.
 
Écrire : une démarche essentielle dans la pensée Hégélienne
Hegel explique qu’un enfant au bord d’une mare ou d’une rivière ne pourra s’empêcher d’y lancer un caillou et d’observer les cercles qui se forment. L’enfant cherche ici à admirer son œuvre sur le monde extérieur, à regarder la trace qu’il a laissée.
 
Si l’on prolonge la pensée de Hegel à l’âge adulte et que l’on reprend la citation de Chateaubriand, l’Homme ressent ce besoin d’écrire pour voir ce qu’il laisse au monde. On a besoin d’avoir conscience de ce que l’on a accompli. Il n’est pas question ici de vanité, ni de porter un jugement, seulement de souligner qu’écrire à l’heure de la retraite  peut être plus que nécessaire d’un point de vue philosophique et psychologique.
 
Comment écrire ?
On peut très bien ressentir ce besoin d’écrire même si on n’a pas une âme d’écrivain. On ne s’imagine pas dans de grandes phrases à la Flaubert, jouer avec la syntaxe, composer des rimes. Écrire ne doit pas forcément prendre la forme d’un roman ou d’un recueil. Chaque personne peut trouver un format adapté. Cela peut prendre la forme de notes, d’un journal, d’histoires courtes, peu importe. On ne doit pas se sentir gêné ou bloqué, car l’on ne se considère pas romancier.
 
Vous pouvez très bien écrire seulement pour vous, rien ne vous oblige à trouver un format adapté aux autres. Certains au contraire vont ressentir le besoin de faire lire ce qu’ils écrivent et il existe aujourd’hui beaucoup de moyens pour le faire.
 
Faire lire ?
C’est une question délicate. Certains préfèrent garder leur prose pour eux, ce qui se comprend. D’autres veulent partager. Alors sous quel format ? Les plus romanesques tenteront leur chance auprès de maisons d’édition. Les férus de technologie pourront créer des e-books, ces livres en version électronique.
 
Pour ceux qui souhaitent faire lire leurs écrits à leur entourage, en y donnant un petit côté officiel, des entreprises comme print24 proposent des impressions de livres personnalisés. Il existe une multitude de possibilités pour faire lire ce que l’on a composé, peu importe la nature des écrits. La question que vous devez vous poser est de savoir à qui vous voulez faire découvrir votre projet. Le format en dépendra.
 
L’envie d’écrire est tout à fait normale chez les seniors. Elle témoigne d’un moment où l’on a assez de recul sur sa vie, d’un moment où l’on peut jeter un regard sur ce que l’on a accompli. Il faut trouver ensuite la façon dont on veut écrire, sous quelle forme et surtout pour qui ? Pour soi, pour les autres ? Prenez le temps d’y réfléchir et n’ayez pas peur de vous lancer dès maintenant dans cette fabuleuse aventure.