Sommaire
Article publié le 03/02/2022 à 04:52 | Lu 2025 fois

Paxlovid : arrivée d'un nouveau médicament contre le Covid-19




Il était attendu avec impatience… Il arrive, indique un récent communiqué du ministère de la Santé qui annonce que la France allait déployer le Paxlovid en ville, un nouvel antiviral commercialisé par les laboratoires Pfizer. Recommandé aux plus de 65 ans présentant des facteurs de risques de développer des formes graves. Détails.


En effet, ce nouveau traitement vient de recevoir la fameuse AMM, son autorisation de mise sur le marché le vendredi 28 janvier 2022 et une autorisation d’accès précoce octroyée par les autorités sanitaires françaises.
 
De fait, la France s’annonce comme le premier « pays de l’Union Européenne à mettre à disposition ce médicament ». Il s'agit d'un antiviral développé par Pfizer. Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie.
 
La pilule Pfizer est une combinaison d'une nouvelle molécule, PF-07321332, et du ritonavir, un antiviral contre le VIH, qui se prennent en comprimés séparés. Ce type de comprimés pourraient potentiellement marquer un pas vers la fin de la pandémie car faciles à administrer.
 
Son objectif est d’empêcher la multiplication du virus et donc de réduire l’aggravation de la maladie de façon précoce à partir de l’apparition des symptômes. Il est indiqué dans le traitement de la Covid-19 chez les adultes symptomatiques ne nécessitant pas d’oxygénothérapie et présentant un risque élevé d’évolution vers une forme grave de la COVID-19. Il s’agit du premier traitement antiviral oral contre la maladie autorisé dans l'Union européenne.
 
En France, la HAS recommande la prescription du Paxlovid « pour les patients adultes à risque de forme grave de Covid-19, c’est-à-dire : quel que soit leur l’âge et leur statut vaccinal, les patients adultes sévèrement immunodéprimés ou présentant une pathologie à très haut risque de forme grave (en particulier cancers en cours de traitement, polypathologies, trisomie 21 ou certaines maladies rares ».
 
Il est aussi recommandé pour « les patients au-delà de 65 ans présentant des facteurs de risques de développer des formes graves (diabète, obésité, insuffisance rénale chronique, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, insuffisance respiratoire...), en particulier lorsque ces personnes ne sont pas ou pas complètement vaccinées », toujours selon la HAS.
 
Précisons cependant que plusieurs contre-indications existent, notamment, chez les personnes avec une insuffisance rénale ou une hépatite sévère.
 
Toujours selon le communiqué du ministère, les résultats obtenus lors des essais cliniques montrent une réduction de la survenue d’une hospitalisation ou d’un décès de 85,2% pour les patients -c’est beaucoup- à condition d’être administré le plus vite possible et dans les cinq jours suivant l’apparition des premiers symptômes.
 
Plus précisément, il faudra prendre trois comprimés, deux fois par jour dans un verre d’eau et pendant cinq jours dès le premier test positif.
 
Pour rappel, ce traitement est prescrit par tout médecin dans le cadre d’un accès précoce. Il sera disponible en pharmacie de ville et en pharmacie à usage intérieur.

Ainsi pour tenir compte des délais d’approvisionnement et respecter la prise du médicament dans les délais de 5 jours après l’apparition des symptômes, il est nécessaire que le patient consulte très rapidement dès l’apparition des symptômes et se rende ensuite chez le pharmacien après la prescription médicale.
 
Lors de l’initiation du traitement le prescripteur et le pharmacien devront s’assurer de l’absence d’une interaction contre-indiquée avec les éventuels traitements du patient.
 
Les 10 000 premières doses ont été réceptionnées le 1er février en France et les premiers patients français pourront être traités à partir du vendredi 4 février. D’autres livraisons sont attendues dans les prochaines semaines. Pour information, la France aurait commandé 500 000 doses.





Dans la même rubrique
< >