Sommaire
Article publié le 28/05/2018 à 07:51 | Lu 958 fois

Orthodontie de l'adulte : des freins et des motivations

Bien que persuadé que l’orthodontie améliore la qualité de vie, les adultes restent généralement freinés dans leur prise de décision. Dans ce contexte, les obstacles sont le plus souvent d’ordre psychologique, esthétique et économique. De fait, qui n’a jamais entendu : à mon âge est-ce encore possible ? Mais ca va se voir ! Alors, orthodontie de l’adulte… freins et motivations avec en plus, l’expérience d’Isabelle, 55 ans.


Orthodontie de l'adulte : des freins et des motivations
Cette réticence du patient, bien compréhensible, est dorénavant levée par plusieurs évolutions :
 
• Tout d’abord, une visibilité de l’appareil réduite. Les attaches placées à l’extérieur peuvent être en céramique c’est à dire transparentes. Il existe aussi la possibilité que l’appareil soit totalement invisible lorsque qu’il est placé sur la face interne des dents : ce sont les attaches linguales. Un système de gouttières peut également permettre de réaliser certains traitements. Ce sont dans ce cas des gouttières transparentes que le patient doit porter en permanence.
 
• Un plus grand confort au cours des soins, notamment grâce à l’évolution des matériaux permettant des mouvements dentaires plus doux et une miniaturisation de l’appareil.
 
• Une meilleure acceptation psychologique car l’orthodontie de l’adulte est désormais plus répandue et donc l’idée de s’engager dans un traitement plus facile à accepter.
 
• Une bonne communication et une relation de confiance entre le patient et le praticien finalisent la réussite de son traitement et sa satisfaction.
 
Les traitements d’orthodontie chez l’adulte présentent un degré de difficulté plus ou moins élevé en fonction de l’historique dentaire du patient. Ces traitements peuvent faire appel à une pluri-disciplinarité médicale et s’associer à une chirurgie maxillo-faciale.

​Isabelle, 55 ans – en traitement orthodontique

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à initier, à l’âge adulte, un traitement orthodontique ?
Adolescente, je n’ai pas eu de traitement mais il aurait fallu que j’en fasse un… Mes dents n’étaient pas alignées, ce n’était pas un si grand souci au quotidien mais j’étais consciente de ne pas avoir un beau sourire. Au-delà de l’aspect esthétique, j’avais la nuit des douleurs dentaires et il m’arrivait d’avoir des migraines.
 
Pendant 20 ans, mon dentiste m’a conseillé de suivre un traitement orthodontique, mais je ne l’écoutais pas… jusqu’au jour où il m’a annoncé que je risquais un déchaussement des dents. J’avais alors deux possibilités : soit j’attendais d’avoir un vrai problème, soit j’engageais un traitement orthodontique.
 
Dans un premier temps, je me suis renseignée sur le traitement, puis je me suis décidée. C’est alors que l’orthodontiste m’a annoncé que le traitement orthodontique devrait être couplé à une intervention de chirurgie maxillo-faciale. Malgré tout, je me suis lancée !
 
Quelles étaient vos craintes par rapport au traitement ?
Mon métier exige régulièrement de prendre la parole devant un public. J’appréhendais le regard que l’on aurait pu me porter. J’ai obtenu une prise en charge partielle du traitement car il était associé à une chirurgie.
 
Quels ont été les éléments déclencheurs ?
Une rencontre avec un adulte en cours de traitement m’a fait revoir mes a priori. Ce n’est pas si dramatique que ça finalement. Ca se voyait. Et alors ? De plus, l’orthodontiste que j’ai consulté et qui me suit m’a rassurée. Il a été un bon pédagogue en m’expliquant les différents aspects du traitement, avec notamment des représentations en 3D du résultat espéré.
 
Comment s’est déroulé l’ensemble du traitement ?
Le traitement orthodontique de deux ans n’a évidemment pas été un long fleuve tranquille mais ça n’a pas été plus dérangeant que ça non plus. Au final, j’assumais pleinement les bagues qui étaient bien visibles. Il n’y a pas eu de problèmes avec le regard des autres. L’opération chirurgicale, programmée en fin de traitement, n’était pas drôle : trois semaines d’immobilisation à manger à la paille.
 
Quels ont été les résultats ?
Assez rapidement, j’ai observé une évolution, et ce, tout au long de deux années. Voir les progrès est encourageant. Aujourd’hui, le résultat est plutôt sympa et je ne regrette pas le traitement ! Et surtout, le traitement m’a permis d’éviter tous les problèmes de déchaussement. Les migraines et les douleurs dentaires ont également disparu. J’ai donc envie de recommander vivement les traitements orthodontiques aux adultes qui seraient hésitants, surtout si cette hésitation provient du regard des autres.