Orpea : une première série de mesures suite au scandale de janvier 2022

Le 26 septembre dernier, le groupe de maisons de retraite Orpea a organisé la restitution de ses États Généraux du Grand Âge, en simultané dans ses EHPAD en France. A cette occasion, les directeurs d’établissement ont présenté à leurs résidents, leurs familles et leurs collaborateurs, la synthèse des enseignements tirés de ces débats et échangé autour des premières pistes de réflexion.





On se souvient que depuis janvier dernier, le groupe Orpea est dans la tourmente suite à la sortie d’un livre-enquête intitulé Les Fossoyeurs du journaliste Victor Castanet. Ce dernier y révélait des faits de maltraitance envers les résidents et accusait le groupe de fraudes comptables et de pratiques contestables en matière de ressources humaines.
 
Forcément, le groupe se devait de réagir… D’où la tenue de ces Etats Généraux qui ont donné lieu à un certain nombre de mesures qui s’inscrivent dans les priorités de la rentrée dont la qualité de service :
- Pour prendre soin des résidents, il faut prendre soin des collaborateurs et des soignants. C’est pourquoi le groupe annonce un large programme de recrutement et de formation interne afin de trouver du personnel stable en travaillant sur la valorisation des talents : 550 recrutements par mois d’ici la fin de l’année dont la moitié d’aides-soignantes et 800 par mois en 2023. Accompagnement de 300 collaborateurs chaque année vers un diplôme d’aide-soignant.
 
- Pour renforcer le lien entre l’EHPAD et les familles des résidents, il faut se donner les conditions d’un meilleur dialogue. Une cellule d’écoute est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 17h avec des
psychologues du groupe. Par ailleurs, Orpea souhaite entamer une concertation avec les familles de résidents quant à la mise en place de nouveaux outils, tels que des moyens de communication numérique, un système d’information et de suivi des résidents accessibles par les familles ou les tuteurs grâce notamment à la création d’un carnet de liaison numérique avec les familles.
 
- Renforcer la personnalisation de l’accompagnement et de la prise en charge. L’amélioration du bien-être des résidents devrait passer, selon les témoignages collectés, par des services plus individualisés plutôt que par des services supplémentaires. A titre d’exemple, l’écoute et la construction des repas avec les résidents permettrait d’allier plaisir et santé. D’ores et déjà, le groupe réfléchit à la façon dont les établissements pourraient s’approvisionner localement. Dans un même ordre d’idée, il souhaite
accélérer ses projets d’innovation au service de la dépendance avec l’usage de certaines domotiques.
 
- Enfin, l’autonomie des établissements devrait passer par un allègement des tâches administratives permettant au personnel des établissements d’être plus disponibles pour les familles et résidents.

Article publié le 28/09/2022 à 01:00 | Lu 4243 fois