Orientations et perspectives : interview d'Isabelle Trousseau-Magny, présidente de la Fondation Vaincre Alzheimer

Depuis sa création en 2005, la Fondation Vaincre Alzheimer est un véritable accélérateur de recherche qui vise à accroître les connaissances sur Alzheimer et les maladies neurocognitives en favorisant l’innovation. Chaque année, son comité scientifique international, bénévole et indépendant, procède à une sélection rigoureuse des projets de recherche les plus prometteurs sur ces pathologies neurocognitives. Le point avec sa présidente Isabelle Trousseau-Magny.





Qu’est-ce qui vous a poussé à porter le projet de la création de la Fondation Vaincre Alzheimer ?

Je suis avocate spécialisée dans le secteur non lucratif. En 2005, je fonde l’association Loi 1901 LECMA, Ligue Européenne Contre la Maladie d’Alzheimer.

Dès sa création, l’association se fixe comme objectif de participer activement à la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Nous faisons partie d’un réseau international d’associations aux côtés de notre partenaire américain BrightFocus Foundation mais également allemand Alzheimer Forschung Initiative et néerlandais, Alzheimer Nederland.

Je rencontre ensuite Géraldine Drexel de Buchy, ancienne Directrice générale de la Fondation, et nous commençons les activités de l’association dans sa cuisine ! Par la suite, j’ai offert ma candidature en tant que dirigeante, car je trouve que c’est une structure formidable, transparente et dynamique.

Au sein de notre petite équipe, tout va très vite ! Bien sûr, j’étais aussi portée par l’importance de la cause qui est fondamentale et le volet international qui nous permet des échanges d’informations avec des co-financements et des financements transfrontaliers.
 

Qu’est-ce qui fait la force de la Fondation Vaincre Alzheimer ?

Sans aucun doute son comité scientifique européen avec 33 membres qui sélectionnent les projets les plus prometteurs. 

Nous sommes les seuls à avoir un comité scientifique international bénévole qui a mis au point une procédure de sélection rigoureuse et unique, permettant une gestion transparente des conflits d’intérêts et une sélection des projets les plus innovants.
 
La Fondation dispose du label IDEAS, cela signifie que nos comptes sont publiés sur le site du Journal Officiel. C’est un gage de transparence et de sérieux.
 

Quelles sont les perspectives de la Fondation Vaincre Alzheimer, dans les années à venir ?

Nous espérons qu’un premier traitement sera validé en 2030. La mise sur le marché aux Etats-Unis du lecanemab est une nouvelle encourageante, puisque l’on arrive à réduire de 27% le déclin cognitif sur 18 mois. Les chercheurs ont beaucoup d’espoir, et nous aussi.
 

Quels sont les projets 2024 de la Fondation Vaincre Alzheimer ?

Nous souhaitons financer davantage de projets sur toute la France et augmenter la coopération avec les structures de notre réseau afin d’accélérer les avancées de la recherche. 
 
Nous allons poursuivre notre financement du Diplôme Inter-universitaire “Diagnostic et prise en charge de la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées” pour former des professionnels de santé et les médecins spécialistes afin qu’ils arrivent à mieux diagnostiquer et à mieux prendre en charge les personnes malades.
 
Nous voulons également développer notre comité de patients et y intégrer de nouveaux membres. Ce dernier a pour objectif d’améliorer les conditions de participation des personnes malades aux essais cliniques sur la maladie d’Alzheimer et les maladies neurocognitives.
 
Nous souhaitons aussi enrichir notre annuaire des essais cliniques. Cet annuaire a pour but de recenser les différentes études cliniques en France et dans les DOM[1]TOM sur les maladies neurocognitives.
 
Cette initiative inédite a pour objectif de faciliter l’accès aux essais cliniques pour les personnes souhaitant participer à un essai et ainsi renforcer une recherche d’excellence encore plus performante. Notre objectif étant une détection précoce, pour avoir un traitement avant l’apparition des symptômes.
 
Nous avons aussi pour projet d’aller dans les écoles pour expliquer la maladie, les causes et faire de la prévention sur l’hygiène de vie, le sport…

Article publié le 08/02/2024 à 02:37 | Lu 761 fois